5,5 Façons d’aider son enfant dys, dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre !

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
Vous êtes nombreuses à me demander comment aider votre enfant avec l’école

 

L’article d’aujourd’hui, m’a été inspiré, par vous ! Oui, oui, par vous. Par toutes celles, (oui ce ne sont que des mamans), qui me laissent des messages via le formulaire contact. Pour me demander comment aider concrètement leur enfant, dyslexique, hyper actif, ou qui souffre de dysorthographie, à mieux affronter leur année scolaire.

Alors voici 5,5 façons d’aider votre enfant dys, mes chères mamans fantasdys Sourire

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
Surveiller son enfant, les différents petits changements

1. Soyez attentive à votre enfant :

Ne commencez pas à me jeter des tomates, je sais bien que vous vous souciez de vos petits. Mais je suis également une maman. Je sais, que parfois, on a l’attention qui s’effrite. Parce qu’en tant que maman, on a mille choses à faire, et à penser. C’est normal, rassurez-vous, si vous l’avez laissé, vous faire tout un monologue, alors que vous vouliez vraiment savoir comment c’était passé sa journée.

 

Comment rattraper votre bévue ? N’hésitez pas à le questionner à un moment plus calme, où vous pourrez lui offrir toute votre attention.

 


En tant que maman, vous connaissez bien votre petite tête blonde. Surveillez cet air qu’il a, quand il fait sa tête des mauvais jours. Les maux de ventre, souvent significatif de problème. Est-il anxieux en ce moment ?

Comment parle-t-il de ses camarades, de son enseignant
?
Si vous avez un enfant très renfermé, comme le mien. Ce n’est que l’accumulation de ces petits détails qui vous mèneront au cœur du problème.

 

 

 

L’huître est bien fermée dans sa coquille, et ne laisse passer aucun mot . Vous n’avez pas de chance, votre enfant à le même caractère que mon Jojo. Parfois dans ces cas-là, on ne sait pas s’il vaut mieux le laisser mariner, ou le secouer comme un vieux prunier, hein ?
Mon astuce pratiquement infaillible, je le prenais à, en disant “ tu trouves pas qu’un tel est bizarre en ce moment, tu crois qu’il a des problèmes . Il t’en a parlé” évidemment l’untel en question était un de ses amis, et n’était pas différent, mais ça me permettait de savoir de quoi il retournait, pour mon fils, pourquoi, il se murait ainsi.
Et quand ma tactique avait échoué, je demandais à mon mari, ma mère, ou le meilleur ami de mon fils, d’ouvrir l’huître Sourire clignotant Il faut parfois ôter sa cape de super maman, et laissez faire les autres

.

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
Osez demander à l’enseignant ce qu’il pense de votre enfant

 

2- Allez systématiquement aux rencontres parents professeurs

 

C’est un passage aussi délicat que nécessaire. Mais enrichissant à bien des égards. Ces rencontres vous permettront de mieux connaître les enseignants, leurs idées. De vous faire votre propre opinion en cas de conflit.

 


Demander à l’enseignant comment se porte votre enfant ? Insistez pour avoir des détails. Renseignez-vous également sur son attitude en classe, dans l’enceinte de l’établissement. S’il est au collège ou lycée, demandez au professeur principal. Et voyez ce que les autres enseignants pensent de lui. N’hésitez pas à demander à voir des échantillons des travaux scolaires.

 

 

Ainsi vous pourrez constater, où, votre enfant est en difficulté. Voir si la méthode est adaptée.


Oui, je sais, parfois le dialogue est impossible avec certains professeurs. Il ne croit pas en votre théorie de trouble dys. Pour lui, votre enfant manque d’éducation, est idiot, ou fainéant. C’est dur à admettre, mais ce n’est pas parce qu’on est au XXIe siècle, que les imbéciles et les empêcheurs de tourner en rond, ont été éradiqués de la planète.


Dans ce cas, mordez-vous la langue ou la joue pour ne pas répondre trop verbalement, cela ne réglerait rien. Ce n’est pas facile je vous l’accorde, croyez moi, je suis souvent retournée chez moi, en colère.



Mais rappelez-vous que ces rencontres sont souvent stressantes pour l’enfant comme pour les parents, et l’enseignant.

 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  10 Conseils pour aider son enfant dyslexique, à lire avec vous.

Demandez un rendez-vous ultérieurement, à un moment plus propice, où il n’y aura que vous. Si cela ne va toujours pas voyez avec la direction, ce que vous pouvez faire.

Il s’agit d’un cas extrême, mais souvent, l’enseignant sera plus compréhensif, même si cela ne veut pas dire, plus complaisant.

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
Google est votre deuxième meilleur ami

 

3- Google est ton meilleur ami !

 

N’étant pas, de la génération internet, je peux vous dire qu’au début, chaque fois que mon fils me lançait cette phrase, j’avais juste envie de l’étriper !

Mais à la longue je reconnais, que je n’aurais jamais progressé en informatique, s’il ne m’avait pas houspillé un petit peu. Maintenant Google, est vraiment mon deuxième meilleur ami. Faites-en le vôtre également.

 

Prenez le temps de rechercher les sujets qui seront abordés au cours de l’année. Au lycée, mon fils avait un mot de passe pour que nous puissions nous connecter aux publications de l’établissement. Si vous êtes dans ce cas également, n’hésitez pas à fouiller en détail pour être tenue informer.

 

Vous n’avez pas le précieux sésame . Pas de panique, en quelques clics vous pouvez obtenir l’information, sur le site de l’Éducation nationale. Parfois, même sur des blogs. Il y a un vrai mouvement, d’enseignants – blogueurs. Vous allez être surpris de la quantité. Mes préférés sont ceux des écoles maternelles et primaires. Car en plus de tenir les lecteurs au courant des sujets abordés, il y a de nombreux exercices, pour que les autres enseignants puissent s’en inspirer.


Ah je vous entends, déjà me dire, oui, mais moi, mon fils est au collège, ma fille au lycée. Pas de panique, vous aurez également les informations grâce au site de l’Éducation nationale. Ou bien même de toute autre source, il vous suffit pour cela de taper « programme de … » et le chiffre du niveau de votre enfant, et vous obtiendrez, de nombreux résultats. Souvent même matières par matières.

 

 

Vous allez me dire, « C’est bien beau Mickaéline, mais à quoi ça va me servir . » Ne connaissez-vous pas l’expression, « un homme averti en vaut deux » ?



D’une part, cela vous permettra en amont de réviser, afin d’aider votre enfant, là, où il en a le plus besoin.
Si toutefois vous n’avez pas le temps et que vous désirez l’aider dans son cursus scolaire. Vous ciblerez plus facilement l’aide dont il aura besoin, afin de choisir au mieux, la personne susceptible de l’aider.



D’autre part cela vous donne des points supplémentaires au cas où vous auriez du mal avec un enseignant
. Vous pourrez mieux développer et argumentez, si vous êtes dans le cas extrême du point n° 2 ci-dessus.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Qu'est-ce que la dyslexie

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
en cherchant des images, je suis tombée sur cet article, qui vous aidera à en savoir plus. Cliquez sur la photo pour le lire

 

4- Comparer ce qui est comparable.

 

 

Si votre enfant n’a pas dépassé la primaire, ce point est plus facile, tant qu’il n’est pas encore au collège.



Prenez le temps
lorsque vous l’accompagnez ou venez le rechercher, de jeter un œil aux travaux affichés sur les murs de la classe. Au besoin demandez à l’enseignant quelques explications, pour mieux comprendre ce qui était demandé.



Dans la mesure du possible, essayez de voir comment se situe votre enfant par rapport au reste de la classe.

Ne jugez pas, ce n’est pas le but. Regardez simplement où en est votre enfant par rapport aux autres. Je parle bien évidemment d’un point de vue, du développement. En aucun cas je vous dirais de l’inciter à être meilleurs que tel ou tel camarade.

 

 

Vous le savez maintenant, on ne parle de dyslexie qu’à partir du CE2, avant on ne retient qu’une prédisposition. Un retard peu donc vous alertez. Tout comme une prédisposition particulière aux arts.


Dans l’article, « quand la phonétique prend forme », je vous expliquais pourquoi les dyslexiques lisaient en images. Cette particularité semblerait également développer, le don pour tout ce qui est de l’ordre du scientifique, ou de l’artistique. Parfois même pour les deux.


Si votre enfant est dyslexique, il aura peut-être du mal à former des lettres, mais sera imbattable, pour résoudre des problèmes complexes, ou pour dessiner son meilleur souvenir de vacances.

La qualité du détail, sur les dessins de mon fils, m’a souvent impressionné.



Avant le CE2, s’il dessine des bâtons pour former les bras et les jambes, et que son écriture, ressemble à s’y méprendre à celle d’un toubib, n’allez pas vous angoisser, immédiatement. Rien ne prouve qu’il soit dyslexique.
Il peut tout simplement avoir besoin de plus de temps que ses camarades pour acquérir les mêmes compétences. Tous les médaillés olympiques ont dû s’entraîner dur avant de réaliser leurs exploits.

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
souffrant de dysorthographie et de dyscalculie j’ai demandé de l’aide pour aider mon fils

 

5- N’ayez pas honte de demander de l’aide.

 

Face à la dyslexie on a souvent tendance à se retrouver aussi démuni que notre enfant. Les devoirs sont souvent sources de conflit.

 


On s’imagine souvent à tort d’être jugé par les enseignants. Et dans notre hélant pour bien faire, on fait tout ce qu’il ne faut pas faire.


À savoir, enseigner derrière l’enseignant, de la même façon qu’on nous a appris.

 


Les instituteurs et institutrices ne sont pas des ogres, qui vont nous avaler tout de go, si on leur demande leur aide. Bien au contraire. Souvent ils préféreront un échange par email, dans la mesure du raisonnable, cela va de soi. Afin de mieux vous expliquer comment il voit ou aborde un cours.

 

 

Ainsi finit les « ce n’est pas comme ça que le maître nous a dit », ou « on ne fait pas comme ça à l’école ». En étant mieux informé, vous êtes plus en mesure d’aider votre enfant. Les devoirs se passent dans une atmosphère plus détendue.

 


Souffrant de dyscalculie et de dysorthographie, il m’est arrivé de demander de l’aide à des enseignants afin de pouvoir aider mon fils. J’ai préféré ravaler ma fierté afin d’éviter toutes confusions lors de révisions d’orthographe, de mathématique, ponctuation, etc.


De plus, n’attendez pas d’aide, ni d’un côté, ni de l’autre, si au lieu d’appliquer « à la façon de M. ou Mme trucmuche » vous, vous bornez à celle, que vous avez apprise. Les temps changent, et les méthodes éducatives aussi.


Ainsi, par exemple, la méthode globale dans l’apprentissage de la lecture, a fait place à la méthode syllabique.

 

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Quand la phonétique prend forme

Alors, oui je sais, il y aura toujours des empêcheurs de tourner en rond. Heureusement ils deviennent de plus en plus rares. Du moins je l’espère. Je parle bien évidemment du professeur qui veut absolument récrire l’histoire. Pour ma part, j’ai eu un prof au collège, qui nous soutenait je cite « que les fours crématoires n’avaient pas eu l’ampleur qu’on veut bien leur prêter », mon fils en CE2 a eu le droit au fait que Jeanne D’arc n’était qu’une légende !


Comment on s’en est sorti ? Moi en me passionnant pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Et mon fils, on l’a emmené à Orléans où il y a la statue de la pucelle. On lui a montré divers documents et on lui a dit, qu’elle avait donc bien existé, et que si rien ne prouvait qu’elle parlait réellement à Dieu, rien ne prouvait le contraire, donc que c’était à lui de se faire sa propre opinion.

 

 

5.5 façons d'aider son enfant dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre
Souvenez-vous du point le plus important de tous !

Le dernier point, le 0,5 n’est pas une façon de faire, mais deux petites choses à retenir.

 

 



N’oubliez pas, que comme pour tout, les enfants ne rentrent pas lors de leur première année, tous de la même façon.
Il y a ceux qui savent déjà lire et écrire leur prénom et compter jusqu’à 20, 50 ou 100.


Ceux qui confondent, les B et les D, même dans leur façon de parler.



Ce n’est qu’au cours de la seconde année que les différences entre les écoliers vont se resserrer.
Il faut juste, plus ou moins de temps.

 

 



Souvenez-vous également du point le plus important de tous.

 


Le jour où votre enfant est entré à l’école, son objectif principal était de réussir, afin que vous soyez fière de lui. Il n’a jamais eu l’intention d’échouer. L’enfant dyslexique, se donne plus de mal que les autres, pour des résultats médiocres ou nuls. Ce qui lui cause une grande confusion, et une grande détresse. À vous de trouver les mots, pour l’encourager. De garder les dialogues ouverts, de vous tenir au courant, afin de pouvoir l’aider, quand et où il en a besoin.

 

 


Chaque enfant est unique, et personne, ne le connais mieux que vous.

 

 

Vous avez des questions ? L’espace commentaire est là pour ça. N’hésitez pas, d’autres personnes ont peut-être la même question, mais sont trop timides pour la poser. clip_image002

N’hésitez pas à partager cet article si vous le trouvez intéressant, vous aiderez ainsi de nombreux fantasdys clip_image004

En attendant le prochain article, retrouvez-moi sur

InstagramFacebookTwitter   ● Youtube

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *