Au secours mon enfant est dyslexique

 

au-secours-mon-enfant-est-dyslexique

Depuis des années chaque fois que je rencontre des parents dont on vient de découvrir la dyslexie de leur enfant, j’ai le sentiment que le ciel leur tombe sur la tête.

Jusqu’à l’année dernière, lorsque je leur disais que ce n’était rien, et que, bien entouré leur enfant vivrait très bien avec « cette bénédiction », on me répondait systématiquement, « forcément toi tu ne peux pas comprendre. Ton fils est brillant, tu es cultivée ». Je me mordais la joue pour ne pas leur répondre trop « rougement », expression de notre fils brillant, lorsqu’il avait six ans. À cet âge-là, en plus de sa dyslexie, et de sa dysorthographie, les professionnels se demandaient s’il n’avait pas en plus une légère dysphasie .


Si vous arrivez sur ce blog pour la première fois, il faut que je vous dise que non seulement mon fils est multi DYS, que je suis moi-même multi Dys, et que mon mari avait une dyslexie importante. Alors autant vous dire, que je voyais très bien ce qu’est la dyslexie, et qu’on pouvait très bien vivre avec.

Cependant je comprends tous ses parents qui se sentent perdus et désemparés face à ce trouble. Surtout si c’est la première fois, qu’ils entendent parler de trouble DYS, pire ils en ont peut-être entendu parler par des gens, qui pensent être renseignés, mais qui non fait que survoler le problème, et qui dramatise, ou relate l’information de façon erronée . Aider votre enfant est beaucoup plus simple que vous le pensez, il suffit juste de bien s’organiser, et de connaître la marche à suivre.


À vraie dire je dois vous présenter mes excuses cela me paraît tellement évidents que je n’ai pas pensé à vous écrire cet article plutôt. C’est en recevant hier matin un mail de remerciements d’une nouvelle abonnée, qui m’avait demandé conseil, et qui me remerciait chaleureusement pour la liste que je lui ai envoyée, que l’idée de cet article m’est venue.


Voici donc la liste, légèrement plus détaillée que celle que je lui ai envoyée, en espérant que cette dernière vous soit profitable.


Comment s’organiser, lorsque l’on découvre que son enfant a un trouble de l’apprentissage

au-secours-mon-enfant-est-dyslexique
Courez acheter un cahier

1) Commencez par observer votre enfant, pour voir ses forces et ses faiblesses.

 

2) Prenez le temps de constituer un dossier, réunissant des « travaux d’école », des cahiers de vacances, etc. Tout ce qui peux vous permettre de montrer ses forces et ses faiblesses. Vous en aurez besoin, pour différents entretiens, mais vous pourrez ainsi également voir les progrès de votre enfant.

 

3) Courez acheter un cahier. Dans ce dernier gardez une trace de toutes les conversations, réunions, appels téléphoniques concernant votre enfant. Ajoutez-y la date, qui appeliez-vous, ou qui avez-vous rencontré, enfin marquez le résultat. Vous en aurez également besoin pour vous rappeler de tout le jargon, autour du corp médicale, un petit aperçu : MDPH, AVS, bilan orthophonique, bilan neuropsychologue, bon d’accord j’arrête. C’est souvent lors de ces démarches que les parents se sentent dépassés.

 

4) En même temps que votre cahier, achetez également une chemise afin de pouvoir y glisser, tous les documents, les notes, les bulletins scolaires et les lettres.

 

5) Rencontrez l’enseignant le professeur principal, de votre enfant. Voyez avec lui, ce qu’il pense de votre enfant, s’il a remarqué les mêmes points forts et les mêmes faiblesses que vous, en a-t-il vu d’autres ?

 

6) Faites-faire un bilan orthophoniste, un bilan l’orthodontiste.

 

au-secours-mon-enfant-est-dyslexique
L’école est-elle prête à vous soutenir ?

7) Assurez-vous que l’école est prête à vous soutenir, s’il y a la possibilité que votre enfant bénéficie d’un ordinateur, avec des logiciels intégrés, n’attendez pas toujours de l’aide de la part des mdph (maison départementale des personnes handicapée)

 

8) Chaque rentrée scolaire, prenez le temps de rencontrer le corps enseignant, parlez leurs, des forces et des faiblesses de votre enfant, puis vérifiez qu’ils en tiennent compte.

Par exemple vous pouvez demander si votre enfant :

· Peut travailler en petit groupe, et à qu’elle fréquence. Est-ce que cela l’aide ?

· Pour les plus jeunes, est-ce qu’il peut avoir recours à un système d’alphabétisation multi sensoriel.

· Est-ce que l’enseignant peut fournir des notes, en plus de ceux prises par l’enfant.

· Si oui, est-ce que l’enseignant peut les fournir sur feuilles teintées. (Le blanc, est terrible pour les dyslexiques, mieux vaut un beige, ou un blanc cassé).

· Si le trouble de l’enfant nécessite un ordinateur, ou un intervenant, est-ce que c’est suffisant ?

· Peut-il avoir recours à de l’audio texte, ou à des livres audios ?

· A-t-il des outils pour l’aider dans les mathématiques ?

· Peut-il bénéficier de plus de temps lors des interros

· L’enseignant est-il compréhensif, et interroge-t-il principalement votre enfant à l’orale plutôt qu’à l’écrit.

 

9) Ce point n’est pas toujours possible, mais pourtant nécessaire, faites-en sorte de toujours pouvoir communiquer entre vous, votre enfant, et l’école, soit par courrier électronique, soit par téléphone, ou par contact régulier. Attention communiquer ne veut pas dire harceler.

 

10) Si comme moi, vous souffrez déjà d’un trouble DYS, vous empêchant de soutenir efficacement votre enfant dans sa scolarité, par exemple l’orthographe, les mathématiques, faites appels à des logiciels correctifs, ou a des tuteurs. Personnellement j’utilise le logiciel DYS-Vocal, si je ne me trompe pas, il a dû me coûter une quarantaine d’euros, mais vous savez que je suis fâchée avec les chiffres.

au-secours-mon-enfant-est-dyslexique
Mettez en place un système d’aide pour votre enfant

11) Mettez en place un système de soutien pour aider votre enfant, votre entourage proche sera sans aucun doute près à aider votre enfant à s’amuser à apprendre. N’hésitez pas à faire appel aux autres membres de votre famille, à vos amis, aux amis de votre enfant.

 

12) Enfin, n’oubliez jamais que la dyslexie et ses dérivés ne sont pas votre chemin de bataille. Votre vrai ennemi est le sentiment de « nullité » qu’elle entraîne, entre sarcasme des autres, mauvaise estime de soi, parce qu’on n’arrive pas à différencier la gauche de la droite. Parce qu’on n’arrive pas à faire, des choses toutes simples, comme lire, écrire, compter, attacher son blouson, dire une phrase dans le bon ordre …etc.

Alors mettez en place des stratégies, pour que votre enfant garde la confiance en lui, valorisez ses points forts pour qu’il renforce son estime.

Par-dessus tout, croyez en votre enfant, montrez-lui combien vous êtes fières de lui. Dites-le-lui. Et si vous sentez qu’il baisse les bras, encouragez-le, dites-lui, qu’il est le meilleur et qu’ensemble vous y arriverez.

 

Faites un tour régulier sur mon blog, Smile with tongue out non je plaisante, mais avant de partir, vous pouvez toujours jeter un œil sur les articles suivants, qui vous donneront de précieux conseils.

L’adolescent dyslexique comment l’aider

5,5 façon d’aider son enfant dyslexique dans son parcours scolaire sans devenir chèvre

Une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal, aller voir également

Quels sont les 16,5 symptômes de la dyslexie

 

 

Je ne suis pas infaillible et j’en ai sans doute oublié, alors n’hésitez pas à commenter cet article afin d’aider d’autres familles d’enfants DYS.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  S'il te plait ne prend pas ma récréation !

Trop timide pour laisser un commentaire ? N’hésitez pas à partager cet article vous aiderez ainsi de nombreux fantasdys,clip_image004

En attendant le prochain article, retrouvez-moi sur

InstagramFacebookTwitter   ● Youtube

Partager l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
    43
    Partages
  • 43
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *