Ma vie dans Suzie, ma Tiny caravane, un an plus tard je vous ouvre les portes

Je vous en parlais dans le précédent article de cette catégorie, une vie fantasdys. En devenant minimaliste, j’ai fait le choix extrême de vivre en caravane. Il est temps pour moi de vous montrer ma vie dans Suzie, ma Tiny caravane, je vous ouvre les portes, de mon quotidien.

Pourquoi je n’ai finalement pas repeint Miss Suzie, comme je le voulais à la base. Pourquoi dans la vidéo de présentation de ma caravane, je démonte des portes ? Comment on vit avec 2 maine coon et un bouledogue anglais dans 8 m2. Découvrez tout cela en cliquant directement sur la vidéo pour la visionner.


N’hésitez pas à me dire en commentaire, juste en dessous, ou sous la vidéo si vous avez des questions, ou si vous voulez en savoir plus sur le minimalisme, comment je le vis, etc. Vous savez que les dys sont des gents,très timides. Alors je me dis que je ne veux pas vous déranger avec ça. Cependant, j’ai remarqué que ma vidéo de présentation, de Suzie est la plus visionnée et la plus commentée, alors je me dis aussi que peut-être cela vous intéresse aussi. D’ailleurs cette vidéo je la prévoyais depuis plusieurs mois, mais c’est les nombreuses demandes qui m’ont fait sauter le pas.

Bon visionnage 🙂

 

 

N’hésitez pas à partager la vidéo et à vous abonner à la chaîne, si vous ne voulez pas laisser de commentaire, mais que cela vous intéresse, ainsi, je saurais que vous n’y êtes pas indifférents.

Je ne rentre pas dans les moules

je-ne-rentre-pas-dans-les-moules

 

 

Être dyslexique et lectrice boulimique, étaient déjà assez originales en soit. Mais dernièrement, je me suis rendu compte que décidément, je ne rentre pas dans les moules. Il faut croire que je suis née pour être une enfant rebelle qui n’en fait qu’à sa tête.

Lorsque je suis devenue veuve, il y a bientôt 3 ans. Sur un coup de tête, après la lecture du livre, la semaine de 4 heures, je suis partie pour un tour du monde. Pensant ainsi réaliser le rêve que nous avions avec mon mari. Pour finalement m’apercevoir un mois plus tard, que l’on ne pouvait pas vivre les rêves des autres. Je suis donc rentrée chez moi.
Je vous entends d’ici dire que faire un tour du monde, ce n’est pas ce que l’on peut qualifier de “rentrer dans le moule”. Peut-être pas pour ma génération, mais pour les 18 – 30 ans de nos jours, cela semble être une norme. Je connais un nombre incalculable de jeunes qui vivent avec leur baluchon sur le dos, à la découverte du monde.


Continuer la lecture de « Je ne rentre pas dans les moules »