Nos cœurs tordus

 

Nos coeurs tordus
Prix Gulli 2017

 

Auteur : Séverine Vidal et Manu Causse

Genre : roman jeunesse
Edition : Bayard

Parution : 1 er mars 2017
Pages : 150

acheter Nos cœurs tordus

Présentation de l’éditeur :

« Lou pose sa tête sur le mur. Lou range une mèche de cheveux derrière son oreille. Lou se ronge un peu les ongles. Lou sourit et c’est déjà pas mal.
-Tu lui as dit quoi, à Flachard ?
-Je lui ai dit qu’il y a mille raisons d’aimer ou de respecter les handicapés, mais sûrement pas parce qu’ils le sont.
Lou me regarde et comprend que le handicap, c’est mon domaine. Elle regarde Monique. C’est ma canne des bons jours, la jaune fluo à rayures.
Lou me dit, comme pour éviter le grand silence gêné :
-J’aime bien ta canne, c’est un peu la classe. »
Vladimir, dit Vlad, a les genoux qui se cognent et les mouvements désordonnés d’un pantin désarticulé… Handicapé de naissance, il est passionné de cinéma, drôle, sensible, généreux et n’a pas la langue dans sa poche.
Lou est séduite… et Vlad tombe amoureux. Mais Lou sort avec Morgan…

Mon avis :


Je vous en avais longuement parlé sur le blog jeunesse, les petits loups avant que ce dernier soit piraté.

Il y a maintenant un an, en septembre 2017, j’étais présente, lors de la remise du prix roman Gulli. Nous devions connaître le résultat, à midi, hors, le jury, a eu beaucoup, beaucoup de mal à se départager. Cela prouve la qualité, des 5 derniers romans en liste. C’est finalement “Nos coeurs tordus” qui remporta le prix. Je m’étais promis de le découvrir.

Grâce aux éditions Bayard jeunesse, c’est chose faite, et plus tôt que prévu.

Savez-vous ce qu’est une classe ULIS ?

C’est une classe, qui permet l’insertion des enfants handicapés. C’est l’une d’entre elle, qu’intègre Vladimir, dit Vlad. Dylan, Matilde. Chacun avec un handicap différent. Matilde est tétraplégique, Vlad, lui, peut marcher, mais jamais sans sa cane. Il est tout tordu de partout, Dylan lui marche tout seul, c’est plutôt au niveau de ses chromosomes, que ça se passe.

Une classe pas comme les autres dans un collège, comme les autres. C’est le directeur, qui a eu l’idée, d’accueillir une telle classe au sein de son établissement. Mais la maladie, le retient à son domicile. C’est donc Flachard qui s’en charge, en tant que sous-directeur. Seulement ce dernier, déteste, l’idée de ces handicapés dans son établissement. Et au milieu de tout ça, il y a Saïd et Lou.

Chacun à leur tour, ils vont nous raconter leur histoire, cette première année, pour la plus part, en classe Ulis, pour les autres avec, cette classe. Cela dit, les personnages principaux, reste surtout et avant tout Vlad, Lou, et Saïd. Vladimir, est un fan inconditionnel de cinéma. Ses amis, vont l’encourager, non seulement à s’inscrire, à un concours, mais également à réaliser, un court-métrage.

Si Séverine Vidal et Manu Causse, on prit le parti, de héros handicapés, ce n’est pas pour nous plonger, dans un livre mélo. Au contraire, ce livre, est une bouffée d’espoir, et d’amitié. Chaque protagoniste à son caractère propre, mais on fini par s’attacher à tous. Oui, même, ce grincheux de Flachard. J’ai fini par l’aimer, sa personnalité, est tellement improbable par rapport à son job. J’ai adoré la chute, que franchement, je n’ai pas vu venir, en ce qui le concerne.

J’ai bien évidemment été touchée par Vlad, qui m’a souvent fait penser, à quelqu’un de très, très proche. Et pas seulement parce qu’il partageait la même passion. Mais par rapport à leur handicap. Vlad, n’essaie ni de se plaindre, ni de jouer les victimes. Il est Vlad, point, pas Vlad l’handicapé, ou le pauvre petit Vladimir, il joue avec sa différence, j’ai adoré le coup des canes, le fait qu’il s’en serve comme d’un accessoire de mode.
Matilde est la colérique du groupe, mais là encore, cette classe UlIS l’a aidé à grandir, à évoluer. Les auteurs montrent que le bonheur est possible, même si on se déplace en fauteuil.

Lou est un personnage clé, même si c’est la plus “normale” du lot. Mais mon préféré, c’est Saïd. cet écorché, qui se voit grâce à la classe UlIS, avoir, enfin des amis, des vrais. Il sera pour Vlad, une cane encore plus précieuse que toutes celles de sa collection.

L’histoire ne souffre d’aucune longueur. On se laisse emporter dès la première page, et on ne le lâche qu’une fois le dernier mot lu. Les auteurs savent nous faire rire, avec leurs personnages, mais ils savent également nous nouer la gorge, gare au plus sensible, une petite larme pourrait bien couler.

 

En conclusion :

Nos coeurs tordus est peut-être un livre, avec des héros handicapés, mais il ne sombre pas dans le mélo. Au contraire, c’est frais, tendre, drôle, et plein d’espoir.

Un coup de cœur pour ce roman.

 

 

Acheter le roman Nos cœurs tordus 

Découvrir d’autres commentaires clients

Découvrir la bibliographie de Séverine Vidal

Découvrir La bibliographie de Manu Causse

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Les Lutins Urbains Tome 3 : Les Lutins noirs

 

En attendant le prochain article, retrouvez moi sur

Instagram Facebook Twitter   ● Youtube

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *