C’est lundi que lisez-vous ? #20

l'avis de Mickaéline c'est lundi

 

Le C’est lundi que lisez-vous est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane a repris la relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant sur son blog.
On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
En plein déménagement je n’ai guère eu le temps de lire ces dernières semaines.

Continuer la lecture de « C’est lundi que lisez-vous ? #20 »

  •  
    99
    Partages
  • 99
  •  
  •  
  •  

IMM #5

 

 

Qu’est-ce que L’IMM ou In My Maibox ? C’est un rendez-vous livresque hebdomadaire permettant de partager nos acquisitions de la semaine. Emprunts, achat ou Réceptions

Lire ou Mourir s’occupe de la gestion des In My Mailbox français 🙂

Je n’ai pas eu envie évidemment de retranscrire les anciens articles de ce rendez-vous qui se trouvaient sur l’ancienne version du blog.

En revanche je suis heureuse de reprendre ce rendez-vous.

 

 

 

Vous avez peut-être vu la photo de famille sur Instagram 

Continuer la lecture de « IMM #5 »

Quand la phonétique prend forme

L’enfant dyslexique se prend les pieds dans la phonétique

 

 

La plupart des gens, pensent que la dyslexie, c’est le fait de mélanger l’ordre des mots, ou d’épeler à l’envers, voire dans le désordre. Cette caricature, est bien trop généraliste, et conviendrait à n’importe quel individu qui souffrirait de troubles d’apprentissage. Pourtant l’enfant dyslexique se prend, bel et bien les pieds dans la phonétique. Je vais vous expliquer pourquoi ?

 

La principale difficulté pour les dyslexiques, c’est l’acquisition de la phonétique

La dyslexie, n’est pas, qu’un simple problème d’apprentissage

 

 

La principale difficulté pour les dyslexiques, on l’a vu dans cet article, c’est l’acquisition des mots et des sons. Malheureusement, il faut bien le reconnaître, la phonétique, ou la lecture, si vous préférez, est à la base de tout enseignement. La lecture, vous êtes d’accord, vous en avez besoin, dans toutes les matières, et pas seulement en français, sinon, comment vous déchiffreriez un exercice de math par exemple ? Je ne vous parle même pas de la paperasse qu’il faut remplir quand on est adulte.

 

Pourtant avec une méthode adaptée, l’enfant dyslexique peut évoluer sensiblement au même rythme que n’importe lequel de ses camarades.

 

 

Car à côté de ce petit problème, les dyslexiques sont souvent des êtres doués, intelligents, et créatifs, voir extrêmement créatifs.( et je ne dis pas ça uniquement parce que je suis dys  Smile with tongue out)  Il n’y a donc aucune corrélation entre le problème de lecture et d’intelligence. Malgré ce que pensent, de mauvaises personnes, l’enfant dyslexique, n’est ni idiot, ni attardé.

 

Selon le professeur Jeffrey Gruen, agrégé à la faculté de médecine de l’université de Yale, “ce n’est pas parce qu’un individu, est dans l’incapacité de lire, que l’ensemble de son cerveau est déficient” (traduction personnelle, de diverses conférences du professeur. Pour les plus passionnés sur le sujet je vous recommande, notamment  ce rapport de 4 pages, très intéressant, sur l’origine de la dyslexie).

Pourquoi la phonétique est-elle si difficile pour les dyslexiques, c’est la question que je me suis posée ?

 

 

Le dyslexique a besoin d’apprendre différemment

 

 

De nombreux spécialistes, confirment le fait que les enfants dyslexiques sont hermétiques aux phonèmes, car ils pensent et réfléchissent en images.

Ainsi la méthode phonétique, dont se servent la plupart des enseignements, reste hermétique aux élèves dyslexiques
.


“ Nous savons maintenant que la dyslexie ne permet pas d’apprendre avec les sons, le dyslexique a besoin d’apprendre différemment”. Déclare le docteur Gruen.

 

Comment apprendre autrement, voilà la vraie question ?

 

Sachant cela, l’enseignement pour un enfant dyslexique  doit se baser, sur un enseignement visuel spatial basé sur les sens. C’est du moins ce que pense, et applique Ron Davies, l’ auteur des livres “le don de dyslexie” et “le don de l’apprentissage”. Ron Davies, n’est pas seulement un écrivain, il était lui même sévèrement dyslexique, jusqu’à l’âge adulte. A 38 ans, ne sachant, ni lire, ni écrire, il était persuadé que les experts avaient raisons et qu’il était tout bonnement retardé mentalement. Bien que son QI soit de 160 ! Pourtant, il trouva, seul le moyen, de guérir de sa dyslexie. (Je reviendrais sur Ron Davies prochainement dans un autre article, car je trouve son histoire, à la fois passionnante, et inspirante).

Donc pour Ron Davies, chaque mot, comporte trois parties.


1) À quoi il ressemble : ou comment il s’épelle
2) À quoi ça ressemble : ou comment il se dit
3) Qu’est-ce qu’il représente

Exemple :

Chaque mot comporte 3 parties

 

Lire en image

 

Les méthodes de lecture traditionnelles, se basent essentiellement sur les deux premiers points, et laissent totalement de côté le troisième, pourtant essentiel aux dys.

L’enfant dyslexique crée des images mentales au fur et à mesure de sa lecture
.

 

Hors d’une part, on vient de le voir, le troisième point, l’image représentée par le mot, est manquante. D’autre part, tous les mots ne sont pas représentatifs.

Ainsi, il est facile d’avoir une représentation graphique dans sa tête des mots, tels que chien, cheval, arbre. C’en est une autre de voir les mots abstraits comme “ou”, “aussi”, “le”. La compréhension d’un texte s’interrompe à l’instant ou un “mot vierge d’image” apparaît, ce qui représente, tout de même,75 % du texte.

Pour mieux comprendre

Cessez une seconde de lire cet article, procurez-vous le premier livre, ou magazine, qui se trouve à côté de vous.

Ça y est ? Bien, ouvrez-le à une page au hasard.

Prenez le premier paragraphe et lisez-le.

Maintenant, relisez-le, sans lire les mots vides d’images…

Vous venez de comprendre, le problème d’un dyslexique.

Si j’avais fait le test.

Le livre qui se trouve à mes côtés est “Les fantômes du passé”, J’ai ouverts une page au hasard, je suis tombée sur la page 254

le premier paragraphe donne :

A quelques pas de là, un homme en manteau noir, adossé contre le mur, fumait une cigarette.

Maintenant si j’enlève les mots abstraits, cela donne :

pas, homme, manteau noir, “adossé” mur, fumait, cigarette. J’ai mis le mot adossé, entre guillemets, car pour moi, la vision, est bien là, hors je ne suis pas certaine qu’un enfant, ou un adulte avec une forte dyslexie, aurait pu “voir” ce que représentait ce verbe.

Il manque 9 mots sur un texte qui n’en comporte pourtant que 17, soit près de la moitié ! Avec de l’entraînement et de la concentration le dyslexique pourra lire, les autres mots. Mais en attendant, la frustration, et la concentration, seront énormes. Il devra fournir un travail colossale qui lui prendra trois fois plus de temps que pour les autres lecteurs.

 

Et la phonétique prend forme

 

Quand la phonétique prend forme Les dyslexiques lisent en image

 

Pour pallier cette déficience d’images, de nombreuses méthodes existent.

Certaine comme la méthode alpha, transforment les lettres en personnages. Ainsi l’association de ces personnages forment une “image” représentative, facilement retenue par l’enfant dyslexique.

Dans la méthode, qu’il a créée, et qui porte son nom, l’auteur Ronald Davis, laisse l’enfant créer l’image qu’il se fait d’un mot abstrait.

 

 

image-too-méthode-Davis

 

Dans l’image ci-dessus le patient devait se représenter le mot aussi “Too” en anglais. Qui signifie, “également”, “aussi”.  Il a donc sculpté un deuxième personnage assis sur le banc. Cette image qu’il a lui-même créée, lui permet de retenir le mot.

 

Les expériences sont aussi de bons apprentissages

 

Je vais vous raconter une anecdote, avec ce mot “Too”, lorsque j’étais pré adolescente, je me suis rendue en Angleterre avec ma classe. Sur le bateau, nous avons pris le petit déjeuner. Hors, à l’époque, mon niveau d’anglais était à quelque chose près, celui d’un enfant de deux ans, natif des Îles britanniques. Ma moyenne flirtant entre le 4 et le 6 sur 20. Je ne voulais pas paraître stupide devant les autres élèves, surtout ceux de l’autre classe, alors au buffet, je répétais sans cesse, “me Too” après le passage de la fille devant moi. Car en attendant, notre tour, dans la file, juste avant, elle m’avait appris cette expression. Je me suis donc retrouvée, attablée devant un bol de chocolat chaud et de céréales, tout ce que je détestais. En revanche, j’ai très bien conservé cette anecdote dans un coin de ma tête, et chaque fois que j’ai besoin de dire “aussi”, et “également”, j’entends cette petite voix qui me dit “me Too”. Smile

 

Le meilleur moyen pour un enfant dyslexique de retenir un mot est de le “créer” soit à l’aide de dessin, soit comme ici au moyen d’argile, de pâte à modeler, de pâte à sel, etc.

 

Oui, oui, vous l’avez compris, c’est l’occasion pour moi, de vous reparler de mes petits chouchous, Les Alphas, que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas Smile with tongue out

 

L’avantage du kit alphabétique, c’est que les lettres sont en 3D. Donc idéal pour avoir le “à quoi ça ressemble”, “comment ça se prononce”, et “ qu’est-ce que ça représente”

 

 

Ce qu’il faut retenir

 

 

 

Certains enfants apprennent différemment, tous les enfants ne peuvent pas apprendre avec les méthodes actuelles. Ce n’est pas parce qu’un enfant confond les mots, et les sons, qu’il est forcément dyslexique. A l’inverse, ce n’est pas parce qu’il est dyslexique, qu’il a une déficience mentale !

 

Comme le dit si bien le dr Gruen, ”certains enfants apprennent différemment. Tous les enfants ne peuvent pas apprendre avec les méthodes uniques actuelles”.

 

Les dyslexiques possèdent de nombreux points forts, aidons-les, à combler leur déficit associé à la parole écrite. En leur donnant les moyens d’exprimer leur potentiel.

Demandez-leur de créer une représentation de mots, à partir du son et de l’écriture. Tout en leur permettant l’utilisation des supports visuels et/ou de kinesthésie (je reviendrais bientôt sur cette méthode dans un prochain article), mais pour faire simple, sachez que la personne kinesthésique, a besoin d’apprendre, par la manipulation, (kiné=touché), il lui faut donc être actif, pour pouvoir être concentrer, et apprendre.

En appliquant ces méthodes non seulement, on les aide à réduire leur incapacité à comprendre un texte, mais on renforce leur estime de soi.

Que vous soyez parents ou enseignants, que vous recherchiez des astuces pour aider un enfant dyslexique, essayez cette méthode. Et n’hésitez pas à me dire en commentaire, ce que vous en pensez. Vous aiderez ainsi d’autres personnes, par votre expérience.

 

Pour aller plus loin, voici 10 conseils pour aider votre enfant dyslexique à lire avec vous.

 

Vous avez des questions ? L’espace commentaire est là pour ça. N’hésitez pas, d’autres personnes ont peut-être la même question, mais sont trop timides pour la poser . Winking smile

 

N’hésitez pas à partager cet article si vous le trouvez intéressant, vous aiderez ainsi de nombreux fantasdys Open-mouthed smile

 

 

En attendant le prochain article, retrouvez moi sur

InstagramFacebookTwitter  ● Youtube

C’est lundi que lisez-vous ? #19

l'avis de Mickaéline c'est lundi

 

Le C’est lundi que lisez-vous est un rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane a repris la relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant sur son blog.
On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
En plein déménagement je n’ai guère eu le temps de lire ces dernières semaines.

Continuer la lecture de « C’est lundi que lisez-vous ? #19 »

IMM #4

 

 

Qu’est-ce que L’IMM ou In My Maibox ? C’est un rendez-vous livresque hebdomadaire permettant de partager nos acquisitions de la semaine. Emprunts, achat ou Réceptions

Lire ou Mourir s’occupe de la gestion des In My Mailbox français 🙂

Je n’ai pas eu envie évidemment de retranscrire les anciens articles de ce rendez-vous qui se trouvaient sur l’ancienne version du blog.

En revanche je suis heureuse de reprendre ce rendez-vous.

 

 

 

Vous avez peut-être vu la photo de famille sur Instagram 

Continuer la lecture de « IMM #4 »

La méditation, est-elle l’avenir, ou un simple effet de mode ?

486279108

La méditation, et ses dérivés que sont la PNL et la sophrologie, prennent de plus en plus de place dans notre société. On est donc en droit de se demander, qu’elle sera réellement l’avenir de la méditation. En a-t-elle seulement un, ou est-ce juste un effet de mode, éphémère comme tous les modes.

C’est la question que c’est posé Christophe Lorreyte (du blog Christophe-Lorreyte.fr), et qu’il nous a posé.

Cet article, est donc une réponse (ou “carnaval d’articles” pour les plus initiés). Il s’agit d’un évènement inter-blogueurs dans lequel des blogueurs issus d’univers différents traitent d’un même sujet imposé. Pour vous, lecteurs, c’est une façon de découvrir ce thème abordé de différentes façons et de bénéficier de plusieurs articles sur ce « thème du carnaval” avec la possibilité d’en apprendre énormément sur le sujet. Un livret réunissant tous les articles vous sera offert. Je vous propose de visiter le blog christophe-lorreyte.fr qui nous invite, pour cela cliquez ici. Je suis certaine qu’il vous inspirera.

Entre prières et endoctrinement

Continuer la lecture de « La méditation, est-elle l’avenir, ou un simple effet de mode ? »

Seper Hero

Seper Hero-Le voyage interdit qui a donné du sens à ma vie
Seper Hero de Marine Barnérias

 

Auteur : Marine Barnérias

Genre : témoignage


Edition : Flammarion


Parution : 24 mai 2017

Acheter Seper Hero 

 

 

Synopsis :

 

 

Le 3 avril 2015, on diagnostique à Marine, jeune étudiante dynamique de 21 ans, une sclérose en plaques, appelée plus communément SEP. L’urgence de la situation, le besoin de prendre une décision quant à la prise d’un traitement ou non et le manque d’informations, l’amène à s’interroger. « La maladie c’est toi qui l’a, il faut donc chercher la solution en toi ». 

Son traitement ? Réaliser un projet rêvé : le voyage. Trois pays seront traversés : « La Nouvelle-Zélande sera mon terrain de jeux pour redécouvrir mon corps, mieux le ressentir pour mieux le défendre. En Birmanie, j’irai secouer mon esprit par la méditation pour aiguiser ma meilleure arme contre la SEP. La Mongolie sera l’étape-bilan à la rencontre de cette âme souvent délaissée alors qu’elle porte notre mémoire. Dans quel but ? Retrouver mon équilibre que la SEP tente de rompre. » 

Par ce livre, Marine s’adresse à chacun de nous. Apprenons à nous faire confiance, croire en nos rêves. Son ambition ? « Faire fleurir chez d’autres une envie de s’envoler, car ne l’oublions pas, tout est possible. »

Continuer la lecture de « Seper Hero »

C’est lundi #18

l'avis de Mickaéline c'est lundi

 

Rendez-vous initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane a repris la relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant sur son blog.
On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
En plein déménagement je n’ai guère eu le temps de lire ces dernières semaines.

Continuer la lecture de « C’est lundi #18 »

IMM #3

 

 

Qu’est-ce que L’IMM ou In My Maibox ? C’est un rendez-vous livresque hebdomadaire permettant de partager nos acquisitions de la semaine. Emprunts, achat ou Réceptions

Lire ou Mourir s’occupe de la gestion des In My Mailbox français 🙂

Je n’ai pas eu envie évidemment de retranscrire les anciens articles de ce rendez-vous qui se trouvaient sur l’ancienne version du blog.

En revanche je suis heureuse de reprendre ce rendez-vous.

 

 

 

Vous avez peut-être vu la photo de famille sur Instagram 

Continuer la lecture de « IMM #3 »