PAP ou PPS ?

 

L’avis de Mickaéline, vivez une vie fantasdys – Un podcast sur les troubles DYS.

Dans ce troisième podcast je répond à plusieurs questions à la fois, “ PAP ou PPS ?” Lequel choisir en fonction de votre enfant. Je vous explique de manière détaillée comment monter votre dossier MDPH et les différents recours. Vous pouvez en complément de ce podcast également faire un tour sur l’article Le temps supplémentaire accordé aux enfants dyslexiques est-il nécessaire ? 

Les podcasts vous permettent d’avoir des informations à n’importe quel moment de la journée, lors des transports, ou dans les salles d’attentes, par exemple.

Pour écouter ce podcast il vous suffit tout simplement de cliquer sur play, (dans la barre au dessus de l’article), pour une écoute immédiate à partir du blog. Sinon de cliquer sur le lien “télécharger” pour l’enregistrer sur votre appareil, pour une écoute ultérieure.

POUR CEUX QUI LE PRÉFÈRE VOICI SA RETRANSCRIPTION TEXTE Smile

Bonjour c’est Mickaéline du site l’avis de Michaéline,

Un site dédié aux familles d’enfant DYS, afin de permettre à tous, parents et enfants de vivre une vie fantasdys.

Bienvenue sur ce troisième podcast.

Aujourd’hui on va s’intéresser aux différentes aides accordées aux DYS. Dans vos emails, ou lors des interventions que je fais, vous me posez souvent des questions sur comment obtenir un PAP, comment monter un dossier MDPH, quelle est la différence entre PAP et PPS. Je vais donc essayer de faire toute la lumière sur ces différentes aides accordés aux DYS. En fin de podcast je vous donnerai également la marche à suivre pour monter votre dossier MDPH.

Voyons en premier la différence entre le PAP et le PPS.

Le PAP ou plan accompagnement personnalisé est un document interne à l’établissement scolaire. Il est destiné aux élèves du primaire au secondaire.

Le PPS quant à lui fait référence à la loi handicap, puisque ce dernier est accordé aux enfants présentant une dyslexie sévère. Je dois une fois de plus vous mettre en garde, la MDPH depuis quelques années semble accorder de moins en moins de dossier PPS. Pourtant, le projet personnalisé de scolarisation est très utile, lorsque votre enfant souffre d’une dyslexie fortement handicapante. Se traduisant par la dispense d’une matière, voir de la présence d’un accompagnant. Sa mise en place se fait auprès de la MDPH.

 

 

Comment mettre en place le PAP (ou plan d’accompagnement personnalisé).

 

En début d’année scolaire, voir à la fin de l’autre, il vous faut prendre contact avec, soit le directeur(trice) de l’école primaire, soit l’infirmière de l’établissement, si votre enfant est au collège, ou au lycée.

 

Il peut arriver que se soit les enseignants eux-mêmes qui en fassent la demande. Rassurez-vous, ils ne peuvent rien faire, sans votre consentement, et vice-versa.


Le médecin scolaire vous convoquera avec votre enfant pour vous aider à élaborer le PAP. Afin d’apporter toute l’aide nécessaire à votre enfant, il vous faudra être très précis. En détaillant minutieusement les difficultés rencontrées par ce dernier. N’hésitez pas à apporter tous les bilans en votre possession, vous pouvez pour cela vous aider de l’article “Au secours mon enfant est DYS”. Suite à cette rencontre, le médecin donne son avis, sur l’exactitude des troubles rencontrés par l’enfant, ainsi que sur la mise en place d’un PAP.
Il déterminera les besoins de l’élève et de quelles manières l’équipe pédagogique peut l’aider.

 

Si le rôle du médecin est primordial, car sans accord de sa part, aucune aide n’est possible. Le chef d’établissement, est quant à lui tout aussi indispensable. Puisque c’est lui qui mettra en place le PAP, il élaborera le plan action personnalisé à l’aide de l’équipe pédagogique, de la famille de l’enfant, et des professionnels concernés.


Il faut savoir encore, que le PAP doit faire l’objet d’un acte écrit. Que malheureusement certains enseignants n’en tiennent pas compte. Chaque année, vous devrez refaire une demande, afin d’être certains que l’aide dispensée à votre enfant, soit conforme à ses besoins.

 

Concrètement comment le PAP peut aider l’élève ?


Il peut être recommandé par exemple, de placer l’enfant devant le tableau. Utiliser un code couleur par matière. Fournir à l’élève des moyens mnémotechniques. Permettre l’utilisation d’une calculatrice dans chaque discipline.

Il peut permettre également l’utilisation d’ordinateurs, ou de tablettes. Il peut-être demandé d’adapter le support lors des évaluations afin que l’élève ait moins à écrire, cela peut se matérialiser sous forme de QCM, d’exercices à trous, ou à relier. Etc.

 

 

Le PPS ou projet personnalisé de scolarisation

Permet de confectionner un projet sur-mesure à l’enfant souffrant d’un trouble DYS très handicapant.
Le PPS peut-être mis en place pour tout enfant dont la situation correspond à un handicap tel que le conçoit la loi de 2005.
Cette fois-ci, son élaboration sera du ressort de la Maison départementale des Personnes Handicapées (MDPH). C’est à elle d’évaluer les besoins de l’enfant et d’aménager son PPS.


Contrairement au PAP cette fois-ci seul les parents ont l’initiative du PPS. La famille qui souhaite bénéficier des aides et des aménagements prévus par la loi, d’une scolarité aménagée, doit en adresser la demande écrite au Directeur de la MDPH. Il lui est seulement demandé de joindre à sa demande un certificat médical.

 

Une fois la demande effectuée, l’équipe pluridisciplinaire, se regroupera afin d’étudier le dossier.
Avant d’aller plus loin, j’aimerais qu’on s’attarde un moment sur ce terme “équipe pluridisciplinaire”, car même si on le rencontre très fréquemment, il arrive que cette notion soit un peu floue. Lorsqu’on parle d’équipe pluridisciplinaire, on parle d’un ensemble de personne formant une équipe, souvent médicale. En ce qui concerne les troubles DYS, cette équipe se compose de différents professionnels des secteurs de la santé, du médico-social et de l’éducation. Elle est dirigée par un médecin. Même pour les troubles DYS, l’équipe pluridisciplinaire, reste majoritairement axée sur les professionnels de la santé, mais lorsqu’elle doit se prononcer sur des problèmes d’éducation, la présence d’un enseignant est obligatoire.

 

Certains parents sollicitent l’équipe pluridisciplinaire d’évaluation afin d’assister aux entretiens. Mais savez-vous que l’équipe elle-même peut demander aux familles de se joindre à eux, pour mieux comprendre les besoins de l’enfant. Vous avez la possibilité de vous faire accompagner, par une personne de votre choix. Alors choisissez bien cette dernière, afin qu’elle soit un atout pour votre enfant plus qu’une présence réconfortante pour vous. Comme son instit, par exemple.

 

Comment l’équipe pluridisciplinaire d’évaluation (EPE) fonde t’elle ses évaluations ?

 

L’EPE se base sur la demande des familles, leurs besoins, en étudiant les documents qui lui ont été remis par la famille, notamment les projets de vie et le certificat médical. Ainsi que sur toutes les pièces que la famille peut lui transmettre, attestations, bilans des professionnels ou des centres référents, etc.). L’EPE se basera également à partir du GEVASco, fourni par la famille ou par l’enseignant référent.

Voyons d’abord ce qu’est le projet de vie.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Que doit-on faire face à une suspicion de dyslexie ?

Vous êtes nombreux à vous demander quoi mettre dedans, et à quoi il sert réellement. Son but est de mieux connaître les attentes et les besoins des familles, en se projetant vers l’avenir. Énoncez clairement les difficultés du quotidien, et comment votre enfant pourrait en être soulagé. Par exemple en démontrant que l’utilisation d’un ordinateur, permettra à votre enfant d’acquérir de la vitesse et de l’autonomie. Surtout si ce dernier à du mal à recopier, ou si sa prise de note est laborieuse et chaotique. Ou d’une prise en charge, si votre enfant doit se rendre chez des professionnels de la santé, comme l’orthophoniste en taxi ou VSL, surtout pendant les heures de cours. Etc.

 

Le GEVASco ou guide d’évaluation des besoins en matière de scolarisation


L’équipe pluridisciplinaire d’évaluation demandera également à l’école un bilan scolaire, le fameux GEVASco, c’est donc un outil de communication entre l’école et l’équipe pluridisciplinaire.


Suivant s’il s’agit d’une première demande ou non, le GEVASco ne sera pas rempli par les mêmes personnes.

 

Dans le cas d’une première demande de PPS, le GEVASco est rempli par l’école (ou l’établissement scolaire) en collaboration entre l’Équipe éducative, et le directeur(trice) qui en prend la responsabilité. Il est remis à la famille, qui le transmet à la MDPH.

 


Dans le cas d’un réexamen du PPS, le GEVASco est renseigné par l’enseignant référent dans le cadre de l’Equipe de Suivi de la Scolarisation (ESS), et il est transmis par cet enseignant référent à la MDPH, à la famille, ainsi qu’aux autres participants de l’ESS.

Si la famille est en désaccord avec certains points du GEVASco rédigé par l’Enseignant(e) référent, elle a la possibilité de faire connaître ses observations à l’Équipe Pluridisciplinaire (et aux autres membres de l’ESS).


Suite à l’examen de votre dossier, l’EPE (l’équipe pluridisciplinaire d’évaluation) rédige un plan personnalisé de compensation du handicap (PPC), ce dernier se compose de 2 volets, un volet d’aide aux familles, souvent financier, et le fameux PPS, qui lui est plus tourné vers la scolarisation. Elle vous fera part de ses conclusions, avant de les remettre à la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées).

 

Dès lors, vous disposez de 15 jours, pour faire connaître vos éventuelles observations.

 

Quelques petites astuces.Pour vous aider à élaborer votre projet de vie.


Vous pouvez demander à ce que votre enfant soit placé face au tableau. Qu’il puisse être interrogé oralement au lieu de rendre des exercices écrits. Si cela n’est pas possible, qu’il puisse au moins bénéficier de temps supplémentaires. Vous pouvez également en profiter pour demander à ce que les fautes d’orthographe ne soit pas pris en compte. Qu’il puisse bénéficier d’un correcteur d’orthographe, d’un ordinateur, ou d’une calculatrice, de logiciels adaptés. Pourquoi pas de clé USB renfermant les cours. La présence d’une AVS ou d’une AESH, voir carrément la dispense d’une matière, etc., etc.

 

Comment monter votre dossier MPDH ?


Les explications ci-dessus vous ont apportées un peu de lumière, et vous souhaitez opter pour un PPS.
Je vous l’avais promis dès le départ, voici comment monter votre dossier MDPH, ou MDA (maison de l’autonomie) suivant les départements.


Ce n’est pas à vous que je vais apprendre la passion de la France pour les papiers, alors bien évidemment, il ne vous suffit pas de vous munir que du formulaire.
Pour constituer votre demande, il vous faudra vous munir des pièces suivantes.

 

Une pièce d’identité recto-verso de votre enfant, si vous n’en avez pas, le livret de famille, ou un extrait d’acte de naissance, peuvent être également utilisé.
Un justificatif de domicile de moins de trois mois (attention, les factures de téléphone mobile ne comptent pas).
Vous devrez remettre également un certificat médical.
Pensez à mettre le double de tous les certificats en votre possession, les bulletins de note, plus que les notes en eux-mêmes, ce sont surtout les appréciations qui aideront l’équipe pluridisciplinaire à se faire une idée. J’espère que vous avez pensé à tous les glisser dans votre chemise, les factures des praticiens, surtout ceux qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.


Pour le reste des documents, vous devrez en faire la demande directement auprès de l’établissement, soit en vous rendant à la MDPH soit en vous connectant sur le site de la Maison départemental d’handicapé dont vous dépendez.


Vous devrez remplir le formulaire de demande unique, avec le fameux projet de vie. Si je peux vous donner un petit conseil, avant de le remplir, prenez le temps d’observer minutieusement votre enfant dans la vie de tous les jours, pendant quelque temps. Ayez sur vous un petit carnet, ou une application sur votre téléphone portable vous permettant de prendre des notes. Chaque fois que vous remarquez qu’il a une difficulté, ou que vous vous faites la remarque qu’il lui faudrait ça ou ça, notez le ! Pourquoi ? Parce que c’est sans aucun doute le document le plus important, c’est du projet de vie que dépendra l’acceptation ou non du PPS, il vous faut donc être extrêmement précis, afin de mettre toutes les chances du côté de votre enfant.

 

Si vous pensez que la vie de votre enfant serait grandement améliorée avec un ordinateur, ou des logiciels particuliers alors remplissez également le formulaire de demande de matériel pédagogique.
N’hésitez pas non plus à faire la demande d’une AVS (aide de vie scolaire), il est vrai que depuis quelques années, on manque cruellement d’AVS, mais cela ne coûte rien d’essayer, sinon, le bien-être de votre enfant.
Je vous en parlais plus haut, il vous faudra remettre également le fameux GEVASco que vous aurez pris soin au préalable de faire remplir par l’équipe enseignante et validé par le directeur(trice) de l’établissement.

 

Attention : soyez extrêmement vigilant dans l’élaboration de votre dossier, car s’il manque la moindre pièce, il sera rejeté


Si la décision est positive, le PPS sera élaboré (voir plus haut) il sera transmis à un enseignant référant qui deviendra comme son nom l’indique votre interlocuteur. Il s’assurera également de la bonne application du PPS.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mon premier podcast sur les troubles DYS !

Que faire si la décision est négative ?


Prendre votre mal en patience ! Surtout si vous envisagez le recours.
Vous avez alors un délai de deux mois pour effectuer votre recours. Ne vous précipitez pas tête baissée. Mais faite le pied de grue, devant la MDPH. En d’autres termes, essayez de contacter cette dernière afin de savoir pour quel motif votre dossier n’a pas abouti. C’est une question de logique, en sachant la raison, cela vous permettra de mieux argumenter lors de votre recours.

 

Vous aurez en premier lieu le recours administratif préalable obligatoire. (RAPO)

 

Il vous faudra adresser un courrier (avec accusé de réception) à la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées), dans lequel vous expliquerez pour quelles raisons vous ne pouvez pas être d’accord avec la décision, n’oubliez pas d’y joindre une copie de la décision de la MDPH, ainsi que tous les justificatifs relatifs à l’handicap.
Si dans un délai supérieur à 2 mois, vous n’avez toujours pas de nouvelle de la MDPH, considérez qu’il s’agit d’un refus de leur part.


Ne désespérez pas, il vous reste alors le recours contentieux.
C’est auprès du tribunal de grande instance dont vous dépendez qu’il faudra vous adresser.
Vous leur enverrez un courrier en recommandé avec accusé de réception. (vous pouvez également le déposer en main propre au greffe du tribunal.).
Dans ce courrier, vous indiquerez : vos noms et prénoms, votre adresse, votre profession, votre nationalité, votre date et votre lieu de naissance, ainsi bien sûr que l’objet de votre demande.

 

Vous indiquerez : “agir en qualité de représentant légal de (mettre le nom de votre enfant) mineur”
Vous indiquerez alors de façon détaillées les raisons de votre recours en joignant bien évidemment une copie du refus de la MDPH ainsi que tous les documents susceptibles d’appuyer votre démarche.
La convocation arrivera 15 jours avant l’audience, où un représentant de la MDPH sera présent. Il ne vous est pas nécessaire d’être accompagné d’un avocat, comme le recours est gratuit, à vous de voir en fonction de vos finances. Si vous décidez de défendre vous-même votre dossier, il vous faudra le préparer avec une grande minutie.

Je vous le dis très souvent, la MDPH a tendance de plus en plus à refuser les dossiers d’enfants DYS. Sachez que le PPS est utile uniquement si vous souhaitez une AVS, ou une dispense de cours. Le matériel spécifique peut quant à lui être également demandé avec le PAP. Privilégiez toujours ce dernier, les délégations de parents d’enfants DYS se sont assez battus pour obtenir cette reconnaissance.


L’obtention de l’un et de l’autre ne veut pas dire, malheureusement, son application à 100 %. Il y a encore de nombreux enseignants qui n’en tiennent pas compte, ou qui s’ils l’appliquent contre leur gré, détruisent l’enfant par leurs sarcasmes. J’aimerai vous dire qu’ils sont minoritaires, malheureusement les témoignages que l’on me donne ne vont pas dans ce sens.

 

Si vous avez des questions, vous pouvez me joindre sur le site l’avis de Mickaéline, https://lavisdemickaeline.com, mais surtout n’oubliez jamais à quel point vous et votre enfant êtes fantastiques.

À bientôt.

Dans le prochain Podcast, on se penchera sur la mémoire de travail.
En attendant, n’hésitez pas à partager ce podcast et sa retranscription pour aider d’autres familles fantasdys. Pour les moins timides, dites moi si j’ai répondu à vos attentes, tout en bas de la page dans le cadre prévu à cet effet, merci. Smile

Partager l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
Publié le Catégories Podcasts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *