Que doit-on faire face à une suspicion de dyslexie ?

 

L’avis de Mickaéline, vivez une vie fantasdys – Un podcast sur les troubles DYS.

Dans ce second podcast je répond à une autre de vos questions les plus courante, “ Que doit-on faire face à une suspicion de dyslexie ? Vous pouvez en complément de ce podcast également faire un tour sur l’article Au secours mon enfant est dyslexique voir même télécharger l’ebook totalement gratuit, du même nom, mais enrichi des meilleurs articles du blog.

Les podcasts vous permettent d’avoir des informations à n’importe quel moment de la journée, lors des transports, ou dans les salles d’attentes, par exemple.

Pour écouter ce second podcast il vous suffit tout simplement de cliquer sur play, (dans la barre au dessus de l’article), pour une écoute immédiate à partir du blog. Sinon de cliquer sur le lien “télécharger” pour l’enregistrer sur votre appareil, pour une écoute ultérieure.

Pour ceux qui le préfère voici sa retranscription texte Smile

Bonjour c’est Mickaéline du site l’avis de Michaéline,

Un site dédié aux familles d’enfant DYS, afin de permettre à tous, parents et enfants de vivre une vie fantasdys.

Bienvenue sur ce second podcast.

Aujourd’hui on va s’intéresser à une nouvelle question qui revient le plus souvent  dans vos emails, ou lors des interventions que je fais. Que doit-on faire face à une suspicion de dyslexie ? En d’autres termes qu’elles sont les démarches à entreprendre.

Pour moi, la première chose qu’il vous faudra faire, est de prendre un RDV avec une orthophoniste, afin de faire un bilan. Si le médecin scolaire ne vous a pas fait de lettre de recommandation, il vous faudra passer par votre médecin traitant (généraliste) afin qu’il vous délivre une ordonnance. Votre précieux papier en main, sachez qu’il vous faudra vous armer de patience. Les orthophonistes sont de plus en plus sollicitées et l’attente afin d’obtenir un RDV peut-être de 6 à 18 mois.

J’aimerai vous mettre en garde sur le choix de votre spécialiste. Il est primordial que les relations que vous et votre enfant entretiendrez avec elle, soient basées sur la confiance et le respect. Celle que j’avais choisie pour mon fils, était une amie de sa maîtresse de grande section, qu’elle m’avait conseillée, seulement cette dernière n’était pas très aimable, et patiente avec lui, comme avec moi. Inutile de vous dire que mon fils allait à ses rendez-vous à reculons. Jusqu’à ce que je me rende compte, d’un manque de secret professionnel et que je le lui en face la remarque. Bizarrement, si elle manquait toujours de tact envers mon mari et moi, ignorant royalement nos questions, quant à l’évolution de notre enfant. Avec Jo, elle était devenue plus altruiste. C’était toujours ça de gagné.

Voici donc quelques petits conseilles que j’aurai bien aimé qu’on me donne à l’époque afin de m’aider dans le choix de mon orthophoniste.

_ renseignez-vous par le bouche à oreille, auprès des autres parents d’élèves, sur les groupes FB, sur les forums, surtout pour ces deux derniers si vous habitez une grande ville. Vous pouvez toujours demander au médecin scolaire, qui sera plus enclin à vous conseiller que votre généraliste. Parfois, ces derniers refusent de se mouiller en recommandant un spécialiste plus que l’autre. Sauf si vous avez la chance d’avoir le même praticien que nous.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  PAP ou PPS ?

_ Contrairement à ce que je croyais une orthophoniste n’est pas forcément spécialisée dans les troubles DYS, vérifiez donc qu’elle le soit. Vous ne serez sans doute pas étonné de savoir que la nôtre ne l’était pas.

_ Lorsque vous irez au premier RDV, elle vous recevra ensemble. Cela lui permettra de vous poser de nombreuses questions, idéalement, il faudrait qu’elle s’intéresse à votre enfant à son parcours, au milieu dans lequel il évolue.

_ Contrairement à la nôtre, elle devrait être en mesure de vous donner précisément un diagnostique des difficultés de votre enfant.

_ C’est elle qui fixera le nombre de séances. Une par semaine est vraiment l’idéal, deux grands max, n’acceptez jamais au-delà. Cela demande un effort intense à votre enfant, trois séances ou plus, le fatiguera plus qu’autre chose.

_ De même il devrait y avoir quelques répits entre les séances. Des pauses qui feront du bien à votre enfant, généralement pendant les vacances scolaires.

_ N’acceptez sous aucun prétexte des exercices à faire à la maison. Il a déjà bien assez à faire avec l’école, et les activités extra-scolaires. J’aurais aimé que l’on me donne à l’époque le même conseil.

_ Vérifiez qu’elle soit bien patiente et à l’écoute de votre enfant.

_ Enfin le meilleur des conseils que je puisse vous donner, c’est de faire confiance à votre intuition.

On me demande parfois, comment savoir de combien de séances l’enfant aura besoin. Comme je vous le disais plus haut ce sera à l’orthophoniste de vous le préciser, à la suite du bilan qu’elle aura effectuée. Cependant, laissez le temps au temps. Les progrès ne seront visibles qu’au bout de plusieurs séances.

Je vous entends déjà me dire, “Mickaéline, tu as dit que ce serait long d’avoir une orthophoniste, en attendant, je fais quoi, moi.”

En attendant d’obtenir une orthophoniste, vous devez courir tout nu dans la forêt. Non-bien sûr, je plaisante. Internet, vous connaissez ? Comme pour beaucoup de sujets, vous trouverez une foule d’aide en attendant les précieux mois d’attente. Voici quelques sites pèle mêles :

La fédération nationale des orthophonistes : https://www.fno-prevention-orthophonie.fr/

Orthophonie libre : https://orthophonielibre.wordpress.com/

Ortho-channel : la chaîne YT de Frédérique Pétroffe qui est orthophoniste https://www.youtube.com/channel/UCy7KCJ0Eb5vRpRqnCbNwLVg

Aimer lire et écrire Danielle Segas : https://www.youtube.com/channel/UC43GmJTBCp1uHvKCa3_ngWw/videos

Je ne connais pas personnellement les auteurs de ces blogs et chaînes YT, mais je les ai suivis un moment lorsque je me formais moi-même afin de mieux vous aider.

Mais en attendant votre saint Graal le rendez-vous orthophonique, vous pouvez également en profiter pour constituer votre dossier. Le même dossier dont je vous parle dans l’article, “Signe particulier, parents d’enfant DYS”. Sur mon blog, https://lavisdemickaeline.com

Si cela n’est pas déjà fait, profitez en, pour prendre RDV avec un ophtalmo afin de faire vérifier sa vue. En cas de difficulté de lecture ou d’écriture, je reconnais qu’en général, c’est souvent la première personne que l’on contacte.

Pensez également à faire un test d’audition auprès d’un audiologiste. Qu’est-ce qu’un audiologiste ? Il s’agit d’un spécialiste paramédical des troubles de communication humaine liés aux problèmes auditifs. Pourquoi pas un simple ORL ? Parce que l’ORL comme son nom l’indique est le spécialiste des maladies des oreilles, du nez et de la gorge. S’il y a un problème d’audition, comme la surdité, souvent vous l’aurez décelé bien avant l’année de grande section. Cela dit, si vous ne l’avez jamais fait surveiller, un examen ORL ne fera pas de mal, et vous permettra d’ôter tout doute. Pour plus de renseignements sur le trouble auditif de l’enfant dyslexique, je vous invite à lire l’article, “Tout savoir sur le trouble auditif de l’enfant dyslexique”, sur le blog :

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mon premier podcast sur les troubles DYS !

https://lavisdemickaeline.com

Ces 3 ou 4 grands spécialistes rencontrés, pensez à votre porte-monnaie, et avant d’engager des frais supplémentaires. Commencez par rencontrer le, ou la spychologue scolaire. Les tests qu’il (elle) lui fera passer seront gratuits. Elle les complétera par un entretien avec vous et votre enfant. Nous avons rencontré pour la première fois un psychologue scolaire, pour Jo, lors de sa grande section de maternelle. Sa maîtresse, celle là même, qui nous avait recommandé l’orthophoniste, nous avait imposé la psychologue scolaire, sous prétexte que notre fils n’arrivait pas à se situer dans le temps et l’espace, et qu’il se servait indifféremment de sa main droite, et de sa main gauche. Elle voulait absolument qu’il trouve sa main, de préférence la droite, avant la fin de l’année scolaire. Ne lui en déplaise, mon fils, tout comme moi, et sa grand-mère, est ambidextre.

Vous connaissez l’expression, à tout malheur, quelque chose est bon. C’est grâce à cette institutrice qui avait pris notre fils en grippe, à son acharnement sur ce dernier, qu’on a pu être totalement rassuré sur son évolution psychologique, tout en étant informé d’une suspicion de dyslexie.

A la suite des résultats de la psychologue scolaire, cette dernière pourra vous demander d’effectuer des examens complémentaires soit auprès d’un psychomotricien, d’un orthoptiste, d’un neurospychologue, ou neuropédiatre ainsi qu’auprès d’un ergothérapeute. Voir de tous si vous touchez le jack pot.

Pourquoi un psychomotricien : il vous sera demandé en cas de trouble dans le temps et l’espace. Le travail sur la psychomotricité envisage les troubles de la motricité dans leur rapport avec le mental. Il aide l’enfant à prendre conscience de son propre corps (représentation du schéma corporel), et à se repérer dans l’espace.

 

L’ergothérapeute rééduque le geste grâce à l’activité physique et manuelle, pour permettre à l’enfant de gagner en autonomie et de se relaxer. L’ergothérapeute apporte par exemple des conseils sur l’usage du clavier d’ordinateur (possible dès le plus jeune âge). En cas de dysgraphie, il travaille sur la coordination œil-main et propose des exercices graphiques ludiques, adaptés à l’âge de l’enfant.

Enfin vous l’aurez compris l’orthoptiste s’occupera de la rééducation visuelle. La rééducation orthoptique corrige la vision et la motricité de l’œil (mobilité de droite à gauche et de haut en bas).

Attention seul les actes exercés en Centre, comme le CAMSP le centre d’action médico-sociale précoce, le CMPP le centre psycho-pédagogique et le CMP le centre médico-psychologique sont pris en charge à 100 %.
•Les séances d’orthophonie ou d’orthoptie en cabinet de ville, sur prescription médicale, sont prises en charge à 60 %.
•Les actes des ergothérapeutes, psychomotriciens et psychologues en cabinet de ville ne sont pas remboursés.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Mon premier podcast sur les troubles DYS !

(rèf du site Amélie de la sécu, sur les remboursements)

Que nous réservent les nouvelles dispositions prises par le gouvernement et applicable de cette année jusqu’en 2022 ?

 

J’ai envie de vous dire rien, ou pas grand chose de plus qu’avant. Oui, je sais, je suis mauvaise langue, mais vous comprendrez mon résonnement plus tard. Voyons d’abord de quoi il retourne.

L’Éducation Nationale souhaite :
– instituer un service d’accompagnement des élèves en situation de handicap,
– mieux accueillir les parents et l’élève,
– simplifier les démarches,
– former et accompagner les enseignants,
– professionnaliser les accompagnants,
– s’adapter aux besoins éducatifs particuliers des enfants,
– structurer la coopération entre les professeurs et les différents intervenants du secteur médico-social
– piloter et évaluer le déploiement des mesures.
Un nouvel organisme a donc été créé. Le PIAL. ( pôle inclusif d’accompagnement localisé). Il coordonnera les aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques pour une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des enfants en situation de handicap.

 

Pour cette rentrée 2019, tous les établissements scolaires ne seront pas concernés par ces mesures. Cela concernera uniquement dans un premier temps 2000 collèges ULIS et 250 lycées professionnels ULIS. Le dispositif se généralisera petit à petit jusqu’en 2022.

Si vous voulez mon avis, il s’agit tout bonnement d’un beau miroir aux alouettes. Pourquoi tant de pessimisme chez une nana qui se bat pour que les dys soit reconnu pour leur façon différente d’apprendre. Qui ne cesse de prétendre que la dyslexie est une chance et non un handicap, lorsqu’on applique les bonnes méthodes.
Je l’ai peut-être crié un peu fort que c’était une chance. Puisque pour bénéficier de ces aides merveilleuses, l’enfant doit être reconnu en situation d’handicap. Où est le problème, me direz-vous ? Demandez aux centaines de familles qui ont vu leur dossier MPDH une fois de plus refusé. Bizarrement, depuis quelques années, déjà, cette dernière refuse en masse les dossiers entrant, à croire qu’elle cherche à se débarrasser des DYS.

Si vous avez des questions, vous pouvez me joindre sur le site l’avis de Mickaéline, https://lavisdemickaeline.com, mais surtout n’oubliez jamais à quel point vous et votre enfant êtes fantastiques.

À bientôt.

 

Dans le prochain Podcast, je vous aiderai pour faire la différence entre les différentes aides, et comment monter un dossier MPDH.
En attendant, n’hésitez pas à partager ce podcast et sa retranscription pour aider d’autres familles fantasdys. Pour les moins timides, j’aimerais bien avoir votre avis sur ces nouveaux dispositifs du gouvernement. Prouvez-moi, tout en bas de la page dans le cadre prévu à cet effet, que j’ai tort.

Partager l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •   
Publié le Catégories Podcasts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *