Quels sont les 16,5 symptômes de la dyslexie ?

 

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Carte des troubles de la dyslexie, trouvé sur google image

 

 

« J’ai tels problèmes tu crois que je suis dyslexique ? », ou « je n’ai jamais été testé, mais je suis sûre d’être dyslexique ». Variante, « mon enfant est dyslexique, je ne l’ai jamais fait tester, mais je suis certains(e) qu’il est dyslexique ». En un mot quels sont les symptômes de la dyslexie ? Voilà la question que l’on me pose le plus souvent.

J’aurais pu vous mettre une simple liste, un peu comme l’article sur les troubles de la dyscalculie, ou celui que vous plébiscitez, les 5,5 façons d’aider son enfant dys, dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre.

 

 

 

Mais je me suis dit que vous comprendriez mieux ce que c’est de vivre avec la dyslexie. Donc, avant de vous proposer la liste des 15,5 symptômes de la dyslexie, je vais vous raconter l’histoire de Romain.

 

 

L’histoire de Romain

 

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
L’histoire de Romain

 

Romain est un bébé, désiré et choyé. Il grandit bien, se développe normalement. Semble même être très intelligent. Développant, des capacités comme la marche, de bonne heure. Alors que ses parents, lui parlent comme à un adulte ou presque. Ses grands-parents, eux, utilisent un langage « plus bébés ».

Puis vient le temps où Romain, à deux ans et demi, dans quelques semaines, il fera sa première rentrée des classes.

 

De la petite section de maternelle, au CP

 

Une chose est certaine, Romain, ne parle pas vraiment très bien. Parfois, seuls ses parents, le comprennent. Surtout il semble utiliser, un langage de « bébé », comme miam, lorsqu’il veut manger. Dodo au lieu de dire, qu’il veut dormir.

Plus les jours le séparant de la rentrée scolaire, approchent, plus les parents de Romain lui demandent de faire des efforts, pour bien répéter les mots. Surtout que depuis quelque temps, Romain, confond certains sons.

Pourtant il était si content Romain, de montrer à maman et papa, qu’il pouvait attraper seul sa prosse à dent, sur le lababo. Il était fier, persuadé que maman, lui dirait qu’il n’était plus un bébé. Il ne comprend pas pourquoi, maman, ne le félicite pas. Et qu’à la place, elle lui demande, de répéter encore, et encore le mot BROsse à Dent, et le mot laVAbo. Tout malheureux il va dans sa chambre, et prend son doudou. Puisque c’est ça, il ne leur dira plus rien à maman et papa. Heureusement que Doudou, lui est là pour le comprendre.

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Heureusement que doudou est là pour le comprendre

 

Son compagnon en peluche, n’est pas le seul à le comprendre. Sa grand-mère également l’écoute. Lorsque le dimanche suivant, tout fier il lui dit que maintenant il est un grand, qu’il réussit à atteindre le lababo pour prendre sa prosse à dent, elle est toute contente et le félicite. Elle va même jusqu’à lui faire, un gros câlin. Tout heureux Romain, part retrouver son papy et son papa, qui prennent l’apéritif dans le salon. À peine a-t-il quitté la pièce qu’il entend sa maman, dire à Mamie, qu’elle n’aurait pas dû le félicité, car il n’avait pas bien prononcé.

Il entend Mamie lui répondre, qu’elle est trop dure avec lui. Qu’il faut qu’elle lui donne le temps de grandir, qu’il n’a que 2 ans et demi, qu’il est déjà bien débrouillard et en avance pour son âge. Qu’il ne peut pas être en avance sur tout. Que ça va venir. Que le fait d’aller à l’école, va l’aider à se développer. Qu’à Noël, elle sera étonnée des progrès qu’il aura faits.

 

L’école c’est pas si bien que ça

 

Le grand jour arrive Romain, est heureux, il ne comprend pas que certains enfants pleurent. L’école il sait que c’est super, tout le monde le lui a dit.

D’un naturel expansif, il va naturellement vers les autres. Aussi lorsque ses parents partent, ils sont confiants, Romain était déjà bien entouré. D’ailleurs lorsqu’ils le récupèrent le soir, la maîtresse les rassure. Romain, n’a pas pleuré, et c’est tout de suite bien intégré.

Pourtant la soirée est étrange, véritable moulin à paroles Romain, ne dit pas un mot. Arrivé au moment de ce coucher, il ne veut même pas « lire une histoire » comme avant.

Romain a bien vu que ses parents étaient étonnés, d’ordinaire, il adore que maman se mette à côté de lui pour lire. Il l’écoute le pouce dans la bouche, luttant pour ne pas s’endormir avant la fin. Il se tourne sur le côté serre fort Doudou contre lui. Dans le couloir, il entend papa, dire à maman, que ce premier jour, était fatigant, que ça lui changeait de ses habitudes. Alors il laisse couler les larmes qui lui brûlaient les yeux, il s’est retenu jusque-là, pour ne pas faire de peine à papa et maman. Mais l’école c’est pas si bien que ça.

 

 

Quelques jours avant Noël, maman s’est fâchée très fort contre lui, et l’a puni dans sa chambre. La conversation des grands, est une fois de plus arrivée aux oreilles de Romain.

« Je n’arrive à rien avec lui ! Il n’écoute plus rien depuis qu’il va à l’école ! Il est insupportable. Lui qui était si mignon avant. Tout ça parce que j’ai eu le malheur de lui dire, qu’il confondait cadeau et gâteau ! »

Romain se bouche les oreilles, il ne veut plus entendre maman, elle est comme la maîtresse, qui lui reproche tout le temps de mal prononcer. Comme ses camarades de classe qui se moquent de lui en permanence et l’appelle zozo.

 

Tout ça parce que la maîtresse lui a dit d’arrêter de faire le zozo, l’autre jour, lorsqu’il chantait cette chanson idiote. Pourtant il l’aimait bien au début, ce drôle de petit bonhomme, dans sa drôle de maison. Mais maintenant il déteste biouette cacayette.

 

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Les années passent mais rien ne change pour Romain

 

Les années passent, Romains s’est retrouvée en moyenne section, puis en grande section. Son comportement d’après les adultes, ne ce n’est pas modifié, il est à la fois, adorable, et insupportable, attachant et intelligeant, « surtout quand il fait des efforts ». Car les adultes sont unanimes, Romain, est vraiment paresseux, et bagarreur.

 

La preuve, il ne peut s’empêcher de prendre les affaires des autres, pourtant que ce soit sur les portes manteaux, les casiers, où tout le matériel d’école, la maîtresse a mis des étiquettes avec les prénoms. « Si/ où, lorsque Romain est décidé, tout va bien, preuve en est de son manteau et de son casier.

Mais ce que la maîtresse ne dit pas à maman, c’est que le porte manteau, et le casier eux ne bougent pas de place. Romain sait, qu’il s’assoit à côté de Marion, et Julien pour mettre ses chaussures. Et que son casier se trouve au-dessus de celui de Nathan, soit juste sous la fenêtre. Mais les petits sacs et autres accessoires, eux bougent tout le temps. Comment les retrouver. La maîtresse crie fort, « regarde c’est écrit là ! », souvent Romain regarde l’objet qu’il tient dans sa main, mais ne voit pas de quoi la maîtresse parler. Dans Romain, il y a un o, c’est Tata, qui lui a appris cette lettre, avec des jeux rigolos. Alors la maîtresse se fâche encore plus fort, « Tu vois bien que c’est écrit Marion, et pas Romain », ou Thomas et pas Romain ! » Sa phrase favorite « Tu es vraiment insupportable. Fainéant et perturbateur, va donc voir au coin, comment tu peux améliorer ton attitude. »

 

 

Romain a commencé à avoir des problèmes de santé, de l’asthme, des allergies diverses et variées.

Les moments que Romain, préfère, c’est quand il va en vacances chez Mamie. Elle sait toujours comment l’encourager et le consoler. « T’en fais pas mon petit, moi non plus à ton âge, je n’arrivais pas à retenir ces maudites lettres. Et ça ne m’a pas empêché d’avoir un beau métier. », et regarde ta tante. Elle n’arrivait pas à lire, et maintenant elle enseigne aux autres enfants comment y arriver.

 

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
A la grande école rien ne va plus.

 

L’enfance de Romain :

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Qu'est-ce que la dyslexie

Finalement Romain est arrivé à la grande école. Normalement à cet âge-là, les enfants, savent déchiffrer des textes écrits, commencent à compter.

Mais pour Romain ça ne s’arrange pas. On lui reproche, son manque de travail. « À son âge, il ne sait toujours pas lire et écrire ». Il n’est pas concentré « combien de fois Romain, je vais te dire que c’est 51 et pas 15 ! »

Les années passent, et les critiques du corps enseignant et de ses parents, restent les mêmes « Tu le fais exprès, tu viens de le lire ce mot-là, tu pourrais faire au moins un effort de concentration ! », « Tu vois bien que ta phrase ne veut rien dire », « si j’avais noté ton devoir à sa juste valeur, tu aurais eu un -15 et encore parce que je me suis arrêté avant ! Ce n’est pas un devoir, c’est un torchon, tu pourrais te relire, au moins tu verrais tes fautes. », « Non mais tu comprends ce que tu lis ? » ou « Tu entends ce que tu dis ». « Tiens Romain, lui, ne mange pas AVEC sa grand-mère, il mange sa grand-mère. Ça va ? elle était digeste . ». « Romain participe de façon satisfaisante a l’oral, mais doit faire plus d’efforts à l’écrit ». « Tu resteras pendant la récréation, tu me recopieras, ceci ou cela, puisque tu n’as pas voulu faire d’effort, tu n’as pas besoin d’être récompensé ! »

 

 

Comme si tout cela ne suffisait pas, ses camarades se moquent régulièrement de lui, parce qu’il confond sa gauche et sa droite. Parce qu’il est d’une maladresse exceptionnelle, à croire qu’il le fait exprès. Il n’y a pas qu’en dissertation que Romain n’arrive pas à exprimer ses pensées, de façon cohérente, avec les filles c’est pire.

 

 

Romain qui était un petit enfant joyeux, et extraverti, c’est transformé au fil de sa scolarité. Il a commencé à s’isoler, à se fermer, puis à se renfermer totalement, devenant encore plus gauche et maladroit. D’une timidité presque maladive. Il passe des heures dans sa chambre, à écouter de la musique sa véritable passion. Puis à jouer de la guitare, il se l’est acheté l’année de ses 16 ans. Il avait travaillé dur tout l’été pour ce faire de l’argent de poche. Ça faisait des années qu’il en demandait une à sa mère, mais elle lui répondait systématiquement que son attitude ne méritait pas qu’elle lui fasse plaisir.

 

Malheureusement son asthme et ses allergies ne s’atténuent pas.

 

Mais un jour il en est certain, il tiendra sa revanche.

 

Romain est devenu, un artiste, un père et un mari exemplaire, mais il a toujours du mal avec la lecture.

 

Le petit est devenu un homme.

 

 

Romain est devenu, un artiste, un mari et un père exemplaire. Mais il bloque toujours sur la lecture et l’écriture. Ce qui lui a permis d’apprendre à déléguer de très bonne heure.

 

Si par malheur il doit prendre la parole en public, il apprend par cœur, son texte, car sa lecture reste lente et maladroite, particulièrement à voix haute. C’est pour cette raison qu’il ne lit jamais d’histoire à ses enfants. Il préfère les aider à en inventer.

 

Heureusement que son équipe est là pour lui résumer les contrats, et que les correcteurs d’orthographe ont vu le jour. Cela l’aide beaucoup dans sa vie de tous les jours.

 

Comme son épouse a bien compris son problème de mémoire, elle lui rappelle sans cesse ses rendez-vous. Son smartphone est devenu son meilleur ami, plus besoin de retenir tous ces numéros de téléphone.

 

Il a fait beaucoup d’efforts. Seul son entourage proche, connaît ses difficultés, il en a surmonté beaucoup. Mais il a encore honte d’avouer son problème de dyslexie. Il a appris à ruser pour donner le change.

 

Son passé reste douloureux, une plaie béante qui a du mal à se refermer. Aujourd’hui c’est lui qui aide sa fille, grâce aux méthodes de sa tante. Car il a vite compris que son enfant avait le même problème que lui. Seulement elle a la chance d’être née à une autre époque. Maintenant on parle de bienveillance, de parentalité positive. Clarisse n’est jamais allé à l’école, c’est sa femme et lui qui se sont occupés de son éducation.

 

 

Ce qu’il faut retenir de l’histoire de Romain

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Ce qu’il faut retenir de l’histoire de Romain

 

Nombre d’entre nous, se retrouverons en Romain, ou retrouverons leur enfant. Pourtant il y a autant de dyslexiques, qu’il y a d’individus souffrant de ce trouble. La seule chose qui ne change pas, c’est la souffrance des personnes dys. C’est pourquoi, avant de vous proposer une liste de « symptômes », j’ai tenu as vous raconter l’histoire d’une personne dyslexique, et dans le cas présent multi dys. Autre que la mienne. Afin que vous preniez conscience de ce qu’est la dyslexie. Je remercie infiniment Romain, d’avoir bien voulu que je publie son histoire, même si bien évidemment j’ai changé son prénom.

 

Vous avez reconnu votre enfant à travers Romain, et vous vous demandez, comment l’aider. C’est simple, si comme dans le cas de Romain, il ne parle pas bien, mais qu’il n’est pas encore à la grande école. J’ai envie de vous dire que ce n’est pas grave. Rappelez-vous, je vous l’ai dit dans l’article sur la définition de la dyslexie, avant le CE2, on ne peut pas dire qu’un enfant est dyslexique, on peut juste avoir des doutes, de prédisposition.

 

Ne faite pas comme la maman, de Romain, ne braquez pas votre enfant, en lui faisant répéter sans arrêt, ou en le brimant. Tous les enfants ont le droit à la parentalité positive, les dys peut-être encore plus, du fait de leurs sensibilités. Trouvez une façon ludique de le faire répéter.Faites vous partie de ses parents qui notent sur un petit cahier, les mots et les phrases mignonnes de vos enfants ? Si tel est le cas, n’hésitez pas à le faire devant lui, en lui disant que plus tard il sera heureux de retrouver ses petits mots. Et vous encore plus.

 

L’autre jour, j’ai accompagné mes parents à un apéritif, chez des amis communs. Sur le chemin du retour, alors qu’on se demandait ce que nous allions manger. Mon beau-père a dit, « parce qu’on n’a pas mangé là ? » Il faisait référence aux amuses gueules accompagnant l’apéro. Ma mère lui a dit, ben « non on a mangé que du boire. » Puis elle s’est demandé qui de ses enfants et petits enfants disait cela. Avant de ce souvenir qu’il s’agissait de mon fils, confirmation faite, lorsque nous avons regardé dans les petits carnets.

 

Autre anecdote que ma famille aime bien raconter, même si je suis toujours mal à l’aise lorsqu’ils la racontent. Comme on est entre nous, je vous en fais part. Oh lala ma réputation va en prendre un coup.

 

Pendant très, très longtemps j’ai eu du mal à prononcer le mot côtelette. C’est d’autant plus frustrant que j’adorais ça. Un jour que j’étais en vacances chez mes grands-parents, ma grand-mère, me demande ce que je voulais pour le repas du midi. Je lui décris les côtelettes, parce que bien évidemment elle ne comprenait pas ce que je lui disais. Elle me fait répéter plusieurs fois le mot afin que je le demande au boucher. Je ne sais plus pourquoi elle ne pouvait pas m’accompagner, mais le boucher habitait juste au bout de la rue. J’avais quoi, 600 m à faire. Trajet durant lequel j’ai répété tant bien que mal le mot côtelette. Il y avait du monde devant moi, et lorsque mon tour fut arrivé, le boucher me demande ce que je veux. Et là je lui réponds fièrement 3 squelettes. Il m’a fait répéter plusieurs fois ce que je voulais, mais le mot côtelette n’a jamais voulu franchir mes lèvres. Il a fallu que je retourne chez ma grand-mère, pour qu’elle me mette la commande sur un bout de papier. Croyez-moi, presque 40 ans plus tard, j’en entends encore parler, de mes 3 squelettes. C’est sans doute pour ça, que j’en mange de moins en moins. Smile with tongue out

 

Je vous l’avais dit, que ma réputation allait en prendre un coup. Surtout que j’avais près de 10 ans, lorsque ça m’est arrivé.

 

Si les symptômes perdurent après le CE2, il paraît presque évident que votre enfant souffre de dyslexie. Le mieux est de le faire diagnostiquer. Cependant le choix vous revient bien évidemment. Si la dyslexie est confirmée, ne partez pas défaitiste, pour deux raisons :

La première parce que votre enfant a besoin de votre soutien. La seconde, parce que même si on ne guérit jamais totalement de la dyslexie, on peut très bien vivre avec. Voir atténuer cette dernière.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Quand la phonétique prend forme
Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Certains font de leur handicap une force

 

Puisque la dyslexie, est généralement apparenté à un handicap, j’aime beaucoup faire cette comparaison. Lorsqu’une personne se trouve en situation d’handicap physique, soit de naissance ou suite à un accident, elle a deux solutions, soit elle s’apitoie sur elle-même, soit elle se bat, pour vivre au mieux avec cette difficulté. Certains arrivent même à faire de leur handicap une force. Et on les retrouve, champion handisport.

 

Il en va de même avec la dyslexie, un médaillé olympique handisport, n’a pas perdu son handicap au cours de son entraînement, il s’est juste adapté, pour vivre malgré ce qui le gêne. Steven Spielberg, par exemple, ne serait peut-être pas aussi doué, s’il n’était pas dyslexique.

 

 

 

Voici cette fameuse liste, des 16,5 Symptômes de la dyslexie. (J’aurais pu en mettre bien d’autres, mais ce sont pour moi, les principaux).

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
16,5 symptômes de la dyslexie

 

1) L’enfant dyslexique a particulièrement des difficultés avec la lecture et/ou l’orthographe. (Mais ça vous le saviez déjà). Un adulte qui n’aurait pas été correctement « soigné » ou qui n’aurait pas été diagnostiqué à temps, connaîtra des lenteurs et une lecture inexacte, particulièrement à l’oral.

 

2) Même sans être complètement, dyscalculique, l’enfant dyslexique mettra régulièrement les chiffres ou les lettres dans le mauvais sens, 17 pour 71, 9 pour 6. En cas de doute sur la dyscalculie, vous pouvez retrouver les symptômes de cette dernière dans l’article : Dyscalculie 11 signes qui doivent vous mettre la puce à l’oreille. Du côté de l’alphabet, les lettres que l’on appelle « miroir », sont souvent confondues : b au lieu de d, mais ils confondent également les sont proches comme « été » pour « était » etc. L’adulte, gardera ce trouble, à plus ou moins forte “puissance”, suivant son passé, et sa fatigue du moment.

 

3) Il confond également l’ordre des lettres dans les mots.

 

4) Dans le même genre, il confond les sons dans les mots. Prononce un mot à la place de l’autre à cause de la rime. Exemple « cadeau » et « gâteau ».

 

5) Ou bien l’enfant souffrant de dyslexie, a des difficultés à prononcer des mots, il a tendance à inverser ou à remplacer des parties de mots. Exemples colomotive au lieu de locomotive

 

6) Il peut arriver également qu’il n’entende pas de fines différences dans les mots. Il peut lire ou écrire bain à la place de pain.

 

7) Il peut fort bien lire un mot correctement du premier coup. Puis ne pas le reconnaître quelques lignes plus bas.

 

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie

 

8) L’orthographe, ou l’épellation d’un mot peut avoir plusieurs écritures, pour le dyslexique, sans que ce dernier parvienne à trouver la bonne réponse. (Merci les logiciels de correction, et Google.). On pourrait penser qu’adulte, tout rentre dans l’ordre, mais, là encore, cela dépendra de son passé, et de son état de fatigue. L’orthographe, peut rester un véritable fléau.

Parfois, lorsque j’écris mes articles, comme nombres de dyslexiques, souffrant en plus de dysorthographie, je bute sur un mot, que j’écris phonétiquement, dans ce cas précis, les correcteurs, sont incapables de comprendre, ce que je tente de dire. Ma technique, écrire le mot dans Google. Grâce à son moteur de recherche, il arrive toujours à voir de quoi je veux parler, et me donne en prime la bonne orthographe.

 

9) L’enfant dyslexique, sera meilleur à l’oral, qu’à l’écrit. Ce qui peut dérouter ses professeurs, puisqu’il répond correctement aux questions oralement, mais est incapable de répondre par écrit, à la même question.

 

10) Les dyslexiques confondent leur gauche et leur droite. C’était un véritable problème, lorsque j’ai appris à conduire. Du coup mon moniteur, qui avait remarqué que je ne portais aucun bijoux, même pas une montre, m’a demandé, d’apporter à la séance suivante, une bague, et un bracelet, ou une montre. J’avais pris une bague et une montre. Il m’a fait mettre la bague à la main gauche, et la montre du côté droit.

« Si un jour tu te maries tu porteras ton alliance de ce côté-là, sinon garde toujours une bague à ce doigt-là. » Me dit-il. Dès lors il m’indiquait les directions en précisant, à gauche côté bague, à droite coté montre. Lorsque j’ai passé mon permis, dès que le moniteur me donnait une direction, si j’avais un doute, je jetais un coup d’œil dans le rétro, ou je voyais mon moniteur assis à l’arrière me montrant son doigt ou son poignet. Même encore maintenant, lorsque je me sens perdue, je me répète cette phrase « gauche côté bague, droit côté montre », même si je ne porte plus de montre depuis bien des années.

 

11) Généralement les dyslexiques n’ont aucun sens de l’orientation.

 

12) Le repère dans le temps est un vrai problème. Soit l’enfant n’arrive pas à lire, l’heure. Soit-il ne comprends pas l’espace-temps. Voir souvent les deux.

 

13) Pas besoin d’être dyspraxique pour être maladroit, Gaston Lagaffe était surement dyslexique. Car le dyslexique est particulièrement maladroit.

 

14) Un autre des grands symptômes de la dyslexie, la difficulté à exprimer ses pensées, de façon cohérente. Les plans rédactionnels sont une véritable épreuve. Si l’adulte souffrant de dyslexie, travail dans un domaine, où il doit rédiger des essais, des rapports, ou tout simplement exécuter trois actions séquentielles, cela peut vite devenir, pénible, et lui occasionner une véritable souffrance. C’est pour cette raison, qu’il devra vite, trouver une astuce de compensation.

 

15) Le point positif de ce trouble de l’apprentissage, (il en fallait bien un). C’est que les personnes dyslexiques sont brillantes dans de nombreux domaines, comme les arts et les sciences. Que voulez-vous, tout le monde n’a pas la chance d’être dyslexique. C’est pourquoi de grands hommes et femmes célèbres sont dyslexiques. Comme Roosevelt, Steven Spielberg, Johnny Hallyday, Hugues Aufray, Léonard de Vinci, Einstein, etc., etc.

Quels-sont-les-16,5-symptômes-de-la-dyslexie
Tout le monde n’a pas la chance d’être dyslexique

16) Enfin, la génétique, n’échappe pas à la dyslexie. Elle est donc héréditaire. Même si elle peut comme souvent, sauter quelques générations.

 

Pourquoi je vous ai encore mis un 0.5 ? parce que les trois maux qui vont suivre sont pour le moment, du point de vue scientifique, uniquement des constatations voir, des théories.

 

 

Les trois points communs, non formels sont le fait que les dyslexiques souffrent généralement d’allergies de toutes sortes, ou d’eczéma, de rhume des foins, voire même comme Romain d’asthme.

 

Il y aurait également une corrélation avec le fait que la plupart soient ambidextres.

 

Leurs propres souvenirs semblent plus aléatoires que chez les autres personnes. Ils se souviennent souvent de ce que les autres, leur ont raconté. Ou si le souvenir, est bien dans leur esprit, ils ne gardent qu’une partie de ce dernier.

 

Lorsque j’ai lu ces théories, j’ai été intriguée, car oui, j’ai des allergies, et même un paquet, je suis ambidextre, mon fils dyslexique, aussi. Si vous me suivez depuis un petit moment, vous connaissez maintenant, ma mémoire de poisson rouge légendaire. Il en va de même pour mes souvenirs. J’ai parfois l’impression que mon cerveau est équipé d’un balai automatique. Combien de fois, on peut me dire : « tu ne te souviens pas de ça ? »

 

 

En conclusion :

Il existe autant de facettes de la dyslexie, qu’il existe de dyslexiques.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Dyscalculie, 11 signes qui doivent vous mettre la puce à l'oreille

Si à travers l’histoire de Romain, ou dans la liste des symptômes de la dyslexie, vous avez reconnu, votre enfant, ou vous-même. N’hésitez pas à aller le/vous faire diagnostiquer. La décision vous appartient, évidemment. Comme je vous le disais plus haut, il existe autant de dyslexie, que d’individu souffrant de cette dernière. Ainsi que plusieurs niveaux, et malheureusement il n’est pas rare que cette dernière s’accompagne, de plusieurs de ses dérivés, dys.

 

J’ai récemment appris au travers d’une discussion sur FB, que la devise, jamais deux sans trois, valait également pour la dyslexie et ses dérivés. Je sais depuis quelques années maintenant, que je souffre d’une grosse dyscalculie, et d’une importante dysorthographie. On ne m’a jamais parlé de troisième trouble dys. Je ne remettais pas les propos de la personne en question, (je n’ai pas l’autorisation de cette dernière pour la citer), mais j’étais sceptique. Vraiment très sceptique. Mais, si je n’explore pas toutes les pistes, comment je peux concrètement prétendre vous aider !

 

Alors je suis allée voir une amie, orthophoniste. Non seulement elle n’a pas été surprise de la théorie selon laquelle, on ne peut pas avoir deux troubles dys, sans le troisième. Mais elle m’apprit également, que souvent ce troisième trouble était la dyslexie elle-même, cela semble tellement évident, que certains spécialistes ne pensent pas à la mentionner. Parfois cette dernière peut-être là, sans que la personne concernée s’en aperçoive. Car la dyslexie a plusieurs facettes.

 

Ce n’est qu’en vous connaissant bien (ou votre enfant), que vous pourrez agir efficacement.

 

Le corps enseignant est encore mal formé, en France, pour agir efficacement, dans les problèmes dys. Bien connaître le handicap de votre enfant. C’est l’aider en amont dans sa scolarité. Vous serez alors plus fort face aux enseignants récalcitrants. Voir l’article des 5,5 façons d’aider son enfant dys, dans son cursus scolaire, sans devenir chèvre.

 

Vous ne comprenez pas l’intérêt de faire dépister votre enfant puisqu’il y a belle lurette, que vous avez décidé que ce dernier ne subirait pas les brimades, injustifiés que les enfants dys scolarisés, rencontrent régulièrement dans leur vie. Par conséquent vous vous, chargez personnellement de son éducation. Et je vous en félicite ! Effectivement, je pense que c’est ce qu’il peut lui arriver de mieux. À condition que vous soyez prêt(e) pour ça. Il vous faudra comprendre où mettre l’accent pour l’aider efficacement, pour que cela reste un plaisir, pour l’un comme pour l’autre. Alors si vous faites le choix de ne pas le faire diagnostiquer, prenez le temps de bien vous documenter.

 

Mais surtout mes chers fantasdys, n’oubliez jamais que la dyslexie n’est pas une fatalité, elle peut même devenir votre meilleure force.

 

 

Vous avez des questions ? L’espace commentaire est là pour ça. Si vous êtes, ou que votre enfant est dyslexique, n’hésitez pas à me dire si vous êtes concerné par les trois théories, je suis vraiment curieuse de le savoir. clip_image002

 

 

Trop timide pour laisser un commentaire ? N’hésitez pas à partager cet article vous aiderez ainsi de nombreux fantasdys, clip_image004

 

 

Il existe autant de facettes de la dyslexie, qu'il existe de dyslexiques.

Télécharger le PDF

En attendant le prochain article, retrouvez-moi sur

InstagramFacebookTwitter   ● Youtube

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *