Mon père était boxeur

Auteur : Barbara Pellerin et chris 

Dessin : Vincent Bailly

Genre : BD, autobiographie

Edition : Futuropolis

Parution : 26 mai 2016

Pages : 80 

Acheter la BD Mon père était boxeur

 

Présentation de l’éditeur :

Cadet d’une famille de quatorze enfants, mon père a l’habitude de se faire respecter avec les poings. À 18 ans, galvanisé par un titre de champion de France Espoir, il interpella ma mère dans la cour de la filature Badin [à Barentin, en Seine-Maritime] pour lui raconter un rêve qu’il avait fait la nuit même : l’épouser. Durant dix-sept ans, ma mère accompagna ses victoires et ses défaites. Pourtant, de leur histoire je ne me souviens que des disputes, de mon père fou de rage, fou d’amour, fou de jalousie, fou d’une violence qui le dépassait.

Continuer la lecture de « Mon père était boxeur »

lettre au père

Auteur : Frantz Kafka

Genre : Autobiographie

Editeur : Folio

Année d’édition : avril 2012 pour cette présente édition

pages : 99

Acheter le livre Lettre au Père

 

Synopsis : 

“Très cher père,

Tu m’as demandé récemment pourquoi je prétends avoir peur de toi. Comme d’habitude, je n’ai rien su te répondre…”

Réel et fiction ne font qu’un dans la lettre désespérée que Kafka adresse à son père. Il tente, en vain, de comprendre leur relation qui mêle admiration et répulsion, peur et amour, respect et mépris.

Continuer la lecture de « lettre au père »

Regarde nos chemins se sont fermés

Auteur : Françoise Xenakis

Genre : Autobiographie

Editeur : Albin Michel

Année d’édition : avril 2002

Acheter le livre : Regarde nos chemins se sont fermés

 

Synopsis :

 

Un jour d’été, l’époux, l’ami depuis plus de cinquante ans, se perd et ne

retrouve plus la sente qu’il a tracée dans les montagnes de Corse. C’est le

début, à  travers la maladie, d’un isolement et d’un silence qui l’excluent peu à peu de toute vie. La femme raconte ses appels de nuit chez les pompiers, le service d’urgence de l’hôpital où les médecins le soignent du mieux qu’ils

savent et où errent entre les brancards des grands malades, les excités, les

clochards, les rejetés de partout.

Au long de ce récit si pudique et si sincère, Françoise Xenakis exprime une infinie tendresse, une immense compassion pour tous ces meurtris. Grâce à  ses mots -aigus et son humour inébranlable, on rit, on s’énerve, on est outré, attendri, bouleversé.

Un chant d’amour offert à  l’homme malade, mais aussi à  ces médecins et infirmiers qui, dans le ventre de cet hôpital hors d’âge, s’usent, jours après

nuits, à  sauver le patient qui souffre, à  sourire à  un trop perdu …

 

Continuer la lecture de « Regarde nos chemins se sont fermés »